Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse
Andrea de Cesaris, Alfa Romeo 182
Prime
Rétro

Il y a 40 ans : quand un loser laissa échapper la victoire

Le 4 avril 1982, Andrea de Cesaris a pris le départ du Grand Prix des États-Unis Ouest depuis l'avant de la grille à Long Beach, après avoir signé l'unique pole position de sa carrière.

S'il l'avait convertie en victoire, sa carrière aurait peut-être pris un chemin différent. Or, non seulement il a perdu la tête de l'épreuve par manque de sang-froid mais il a fini la course dans le mur, comme souvent. Et c'est celui qui l'a remplacé chez McLaren, Niki Lauda, qui s'est imposé pour la première fois depuis son retour en Formule 1.

Andrea de Cesaris a pris 208 départs en Grand Prix lors d'une carrière qui a duré de 1980 à 1994 avec pas moins de dix écuries différentes : Alfa Romeo, McLaren, Ligier, Minardi, Brabham, Rial, Scuderia Italia, Jordan, Tyrrell et Sauber. Mais l'Italien ne s'est jamais vraiment débarrassé de la réputation qu'il s'est faite lors de sa première saison complète, chez McLaren en 1981, lorsqu'une série d'accidents a mis à l'épreuve le châssis MP4 conçu par John Barnard et la patience de l'équipe. Bien avant la fin de la saison, Dennis est entré en négociations avec Lauda, et il n'y avait donc pas de place pour de Cesaris en 1982.

Article précédent Prost : "Je n'avais pas d'argent et personne ne m'a aidé"
Article suivant Red Bull ne croit pas à la fin de l'ère Mercedes

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse