Abiteboul : "Nous méritons d'être au moins en quatrième position"

partages
commentaires
Abiteboul :
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
26 avr. 2018 à 07:57

Le directeur de l'équipe Renault estime que la cinquième place occupée par la structure franco-anglaise n'est pas représentative de son niveau de performance de début de saison.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18 au stand
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1, Zak Brown, directeur exécutif du McLaren Technology Group et Mario Isola, directeur de la compétition de Pirelli, lors de la conférence de presse
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, dans la voie des stands
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Fernando Alonso, McLaren MCL33 Renault, Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18, arrive sur la grille
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18

Après les trois premières manches de la saison 2018, c’est en cinquième position au championnat du monde qu’évolue le Renault F1 Team.

Une position qui peut être vue comme étant honorable pour la structure d’Enstone, qui est l’une des quatre seules équipes du plateau à avoir inscrit des points sur chacune des premières épreuves de la saison, mais qui peut être bien entendu lue d’une manière totalement différente si l’on regarde où se trouvent les deux autres équipes fournies en unité de puissance par le Losange : respectivement troisième et quatrième, les clients Red Bull Racing et McLaren ont en effet un bilan mathématique plus flatteur à afficher pour le moment.

Néanmoins, Cyril Abiteboul estime que l’équipe d’usine a la main par rapport à McLaren en termes de performance pure et que son équipe mérite d’évoluer devant la structure de Woking.

"Je pense qu’il est très clair que nous avons une meilleure voiture qu’eux en début de saison", déclare-t-il ainsi de manière catégorique à RACER. "Mais nous savons qu’il ne faut rien tenir pour acquis. Nous savons qu’ils vont développer massivement et qu’ils ont plein de pièces qui arrivent plus tard dans la saison. Il nous faut donc travailler à fond pour conserver cet avantage et espérer reprendre ces positions au championnat. Ils sont actuellement quatrièmes, nous sommes cinquièmes, mais je pense que nous méritons au moins d’être en quatrième position."

Pour non seulement rester à sa place au sein d’un second tiers de plateau serré et regagner en performance relative par rapport au commandement, Renault devra suivre un rythme de développement agressif et efficace dans tous les domaines de performance. Comme l’a avoué Bob Bell, l’écart chronométrique entre les trois tops teams de 2018 et le reste du plateau représente une déception chez Renault, qui avait dans l’espoir de voir l’écart se resserrer à la faveur d’une règlementation stable. Cyril Abiteboul demeure optimiste quant au fait que son équipe puisse au moins suivre le rythme de gain de temps en cours de saison.

"Bakou marquera le début de la phase suivante dans notre poussée cette saison. Nous ferons débuter de nouvelles améliorations du châssis, particulièrement sur les ailerons et les déflecteurs, ce qui sera suivi par une évolution du côté moteur à Barcelone. Nous sommes confiants quant au fait que la combinaison de ces éléments de développement pourra nous permettre de maintenir notre performance. Nous demeurons concentrés sur le fait de faire fonctionner chaque élément".

Prochain article Formule 1
Symonds : La domination de Mercedes masquait leurs problèmes de pneus

Article précédent

Symonds : La domination de Mercedes masquait leurs problèmes de pneus

Article suivant

La pleine charge de Bakou promet d'être "difficile" pour Honda

La pleine charge de Bakou promet d'être "difficile" pour Honda
Charger les commentaires