Accident Alonso - La longue explication de Ron Dennis

B

B.D., Barcelone - Présent à Barcelone ce jeudi pour la reprise des derniers essais hivernaux, Ron Dennis a profité de l'occasion pour clarifier les faits autour de l'accident dont a été victime Fernando Alonso dimanche dernier. Le pilote espagnol a quitté l'hôpital mercredi, et doit observer du repos. Il ne participera pas aux essais de cette semaine.

Dennis a insisté sur la précaution nécessaire par rapport à l'impact, notamment pour s'assurer qu'aucune blessure sérieuse au cerveau n'existait pour le pilote espagnol.

"Le séjour de Fernando à l'hôpital est déterminé par les médecins, pas par nous. Ils ont notre soutien total", a précisé le Président de McLaren. "Quiconque habite en Angleterre sait que les blessures à la tête sont un sujet important en ce moment. Il y a eu des blessures à la tête dans différents sports lors des derniers mois, certaines d'entre elles ayant été presque incroyables avec des conséquences significatives. Que ce soit en ski, en hockey sur glace ou en rugby en Angleterre, le champ médical se concentre de plus en plus sur les blessures cumulatives et sur ce qui se passe sans la bonne période de repos."

"Le niveau d'attention sur Fernando était extrême et nous avons complètement soutenu tout ce que les médecins voulaient faire. Il a eu un accident ici, tout le monde le sait. Avec une blessure à la tête potentielle, il a été sous sédatifs à l'hôpital, c'est un processus parfaitement normal. On lui a fait un scanner, puis un IRM complet. À aucun moment des examens il n'y a eu la moindre indication de dégâts au cerveau."

Rafale de vent et piste poussiéreuse

Concernant la sortie de piste en elle-même, Ron Dennis a insisté sur la véracité des conclusions tirées par son équipe en début de semaine. Il a de nouveau nié catégoriquement un certain nombre de rumeurs.

"Il y a eu des rumeurs d'électrocution ; je peux vous dire que quand un être humain est électrocuté, il y a un enzyme particulier dans son corps qui y reste pendant 48 heures. C'est un fait scientifique que si un humain est électrocuté, cet enzyme se présente", a-t-il expliqué. "C'était parfaitement normal tout du long, il n'y a catégoriquement pas eu d'électrocution, ni aucune sorte d'électrisation. Il y a eu, et nous en avons la référence, un fan assis avec son fils à la sortie du virage qui a communiqué lors des derniers jours et qui a dit que c'était extrêmement poussiéreux dans ce virage."

La théorie selon laquelle la MP4-30 du double Champion du Monde a pu être déstabilisée par une forte rafale de vent tient également debout, selon le grand patron de McLaren. Il a également confirmé qu'Alonso avait brièvement perdu connaissance après le choc.

"Dans tous les relais précédents, Fernando disait que c'était délicat parce que le vent faisait bouger la voiture", révèle-t-il. "Nos conclusions selon lesquelles c'était lié au vent sont basées sur ses commentaires et sur ceux d'un tiers."

"Maintenant, si vous posez la question "Pourquoi a-t-il passé trois jours à l'hôpital ?", c'est parce qu'il y a eu une perte de conscience relativement courte. La force G était bien moindre dans son casque que dans le reste de sa voiture, bien moindre étant moins de la moitié. C'était surprenant qu'ils voulussent être aussi prudents."

La route de Melbourne passe par le repos forcé

Désormais, tout doit être mis en oeuvre pour permettre au pilote McLaren de pouvoir être en pleine forme lors de la première manche de la saison en Australie. Néanmoins, seuls les médecins auront le dernier mot, rappelle Dennis. Cela passe par un repos forcé.

"Certains parlent d'une incapacité à se remémorer l'accident ; je le répète, c'est normal quand on est secoué ainsi", insiste-t-il. "Il est lucide, il parle, il veut piloter, il veut faire les essais, et les médecins disent qu'il faut lui donner les meilleures chances d'aller en Australie, et pour cela, la meilleure chose à faire est de se reposer. Nous n'irons pas à l'encontre des souhaits des médecins, c'est aussi simple que cela."

Catégorique et insistant, Ron Dennis a également répété qu'aucune défaillance technique n'avait été relevée sur la monoplace propulsée par le V6 Honda.

"Nous avons une analyse détaillée de la voiture. Certains d'entre vous savent que sur une voiture de Grand Prix moderne, on peut retrouver la trace d'une perte de pression de pneu, d'une perte d'appui aérodynamique, de toute circonstance menant à un accident grâce à la télémétrie. Nous n'avons rien détecté. J'ai contacté la FIA et Charlie [Whiting] de ma propre initiative en suggérant de passer la situation en revue. C'est donc nous qui avons impliqué la FIA. Il n'y a qu'une vidéo de l'accident, dont la qualité est très pauvre, si pauvre qu'on ne pouvait pas la transmettre électroniquement. Elle n'est pas très informative. Ce sont les faits."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso
Équipes McLaren
Type d'article Actualités