Accrochage avec Grosjean : Gasly accuse les pneus

partages
commentaires
Accrochage avec Grosjean : Gasly accuse les pneus
Par : Benjamin Vinel
24 nov. 2018 à 17:02

Pierre Gasly désigne les pneus Pirelli comme responsables de son accrochage avec Romain Grosjean en Essais Libres 3 au Grand Prix d'Abu Dhabi, pour lequel les commissaires ont décidé de n'infliger aucune pénalité.

Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Pierre Gasly, Toro Rosso STR13 s'arrête en piste
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team, parle aux journalistes
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18

Pierre Gasly était dans un tour lancé lorsqu'il a trouvé Romain Grosjean sur la trajectoire dans le virage 16, le pilote Haas n'ayant pas été averti par son équipe qu'un concurrent plus rapide arrivait. Furieux, Gasly s'est porté à la hauteur de son compatriote et a agité le poing, alors que Grosjean, qui n'était pas conscient de sa présence, a été surpris de percuter la Toro Rosso lorsqu'il a tourné. Le fond plat et le déflecteur gauche de cette dernière ont été endommagés.

Initialement en colère contre Grosjean, Gasly a toutefois revu son jugement et rejette la faute sur les pneus Pirelli, responsables selon lui du faible rythme de la Haas à ce moment-là : "Le rythme auquel nous devons faire nos tours de refroidissement n'a pas vraiment de sens, actuellement. Nous tournons 1'20 moins vite qu'un tour rapide, donc il y a une énorme différence de vitesse entre les voitures. Donc je suis arrivé super vite, et en deux secondes, on couvre bien plus de distance que les autres. Parfois, je regarde derrière moi trois secondes plus tard, et le gars qui était 300 m derrière est déjà juste derrière moi."   

Lire aussi:

"Romain est venu me présenter ses excuses, il m'a dit que son ingénieur ne l'avait pas prévenu et qu'il ne m'a pas vraiment vu arriver. Au final, il m'a gêné, et dans le feu de l'action, j'étais très agacé. C'était une séance très difficile pour nous, je n'ai fait que deux tours en EL3, ce n'était pas idéal. Je pense que ce qu'il faut, c'est avoir des pneus qui n'ont pas besoin [d'aller] 1'20 [moins vite] pour se refroidir. Je pense que ce sera plus sûr pour tout le monde."

Le Français s'est qualifié 17e après avoir subi une panne dans son dernier tour, dont il s'attend à ce qu'elle engendre peut-être un changement de moteur, mais pas forcément une pénalité, puisqu'il a des pièces déjà utilisées à sa disposition.

Grosjean blâme les rétroviseurs

"Mes ingénieurs ont oublié de me dire que Pierre arrivait", renchérit Grosjean. "Les rétroviseurs sont là pour décorer, je pense qu'on peut les mettre sur le sapin de Noël. J'ai gâché le tour de Pierre, et nous nous sommes touchés parce que je ne savais pas qu'il était là. Je suis allé lui présenter mes excuses, nous en avons discuté."

"Aller voir les commissaires n'était probablement pas la meilleure façon de préparer les qualifs. Mais ils ont compris l'ensemble des événements avec les pneus, la surchauffe, le tour lent de refroidissement."

Grosjean s'est néanmoins qualifié à une belle septième place. "C'était juste le tour parfait, probablement l'un des meilleurs de ma carrière", se félicite-t-il. "J'ai une sensation géniale dans le troisième secteur depuis le début du week-end. C'est sûrement la première fois de ma vie que ça m'arrive à Abu Dhabi, normalement on agonise dans le troisième secteur."

Les commissaires ont été cléments

Quant aux commissaires, ils se sont en effet montrés cléments vis-à-vis des deux belligérants, décidant de ne sanctionner ni l'un, ni l'autre.

"Le pilote de la voiture 10 [Pierre Gasly] a reconnu qu'il ne pensait pas que le pilote de la voiture 8 [Romain Grosjean] ait pu le voir, et il a été remarqué que la différence de vitesse était bien au-delà de 120 km/h", écrivent les commissaires dans leur rapport. 

Lire aussi:

"Le pilote de la voiture 8 n'a pas été averti par son équipe à la radio et a déclaré n'avoir eu aucune visibilité de l'approche rapide de la voiture 10. Il a déclaré que s'il avait su que la voiture 10 approchait, il se serait complètement écarté de la piste. Au contraire, il a tourné vers le virage, quelque peu hors trajectoire, mais il a ainsi touché la voiture 10 qui était dans un tour lancé, et n'a pas été en mesure de l'éviter en raison de la différence de vitesse très élevée." 

 
Article suivant
Alonso : "21-0 avec la même voiture, personne d'autre n'a fait ça"

Article précédent

Alonso : "21-0 avec la même voiture, personne d'autre n'a fait ça"

Article suivant

Vandoorne "soulagé" d'en finir

Vandoorne "soulagé" d'en finir
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Abu Dhabi
Auteur Benjamin Vinel