L'incident Hamilton-Verstappen a dissuadé Norris d'attaquer Ricciardo

Lando Norris aurait pu remporter sa première victoire au Grand Prix d'Italie, mais il s'est résolu à ne pas attaquer son coéquipier Daniel Ricciardo afin de sauvegarder le doublé McLaren.

L'incident Hamilton-Verstappen a dissuadé Norris d'attaquer Ricciardo

Le week-end dernier au Grand Prix d'Italie, McLaren a signé une performance historique en renouant avec la victoire pour la première fois depuis 2012, réalisant par ailleurs son premier doublé depuis 2010 avec Daniel Ricciardo devant Lando Norris.

Cette performance a été facilitée par l'accrochage des deux prétendants au titre Max Verstappen et Lewis Hamilton à la mi-course, mais il ne faut pas occulter le fait qu'au moment précis de cet incident, les McLaren occupaient déjà virtuellement les deux premières places de la course – notamment grâce aux arrêts au stand manqués chez Mercedes et surtout chez Red Bull.

Lire aussi :

Par la suite, si les McLaren n'ont pas creusé l'écart, personne n'a représenté une véritable menace pour elles, pas même Sergio Pérez ni Valtteri Bottas. En revanche, Norris aurait probablement pu attaquer Ricciardo pour la victoire ; il a initialement dit à son équipe qu'il fallait que son coéquipier accélère, avant de demander s'il était mieux qu'il reste deuxième. McLaren a évidemment acquiescé afin d'assurer le doublé.

"Il y a un tour où je me suis un peu rapproché et, je ne sais pas pourquoi, j'ai eu un flashback de l'incident entre Max et Lewis, car je l'ai relativement bien vu dans mes rétroviseurs", révèle Norris. "Alors, quand je me suis dit que j'allais peut-être tenter, j'ai eu ce flash et je me suis dit que ce n'était peut-être pas la décision la plus sage !".

Lando Norris, McLaren MCL35M, Lewis Hamilton, Mercedes W12, et Max Verstappen, Red Bull Racing RB16B

Lando Norris devance Lewis Hamilton et Max Verstappen quelques secondes avant l'accident

"Certes, j'aurais adoré jouer la victoire, mais je suis tout aussi content que nous ayons fini premier et deuxième. J'espère être chez McLaren pour de nombreuses années, je pense donc que j'aurai une autre opportunité de jouer ça à l'avenir. À ce moment-là, dans ce cas, ça m'allait de rester là où j'étais."

Le doublé de McLaren est indéniablement une surprise, mais contrairement à Esteban Ocon en Hongrie ou Pierre Gasly au précédent Grand Prix d'Italie, les bolides papaye ont démontré un excellent rythme tout au long du week-end. Tous deux étaient dans le top 5 en qualifications, à un souffle de la Red Bull de Verstappen.

"Je crois qu'à de nombreuses reprises on a vu d'autres gagner avec un peu de chance çà et là, mais je pense que nous avons juste fait du très bon travail tout le week-end", ajoute Norris, qui est dans le giron McLaren depuis cinq ans. "Nous étions au bon endroit aux bons moments, nous avons fait du bon travail sur les stratégies. Nous nous sommes mis dans une meilleure position [en Qualifs Sprint], étant passé devant Lewis pour ma part, et Daniel ayant doublé deux voitures – il s'est mis dans cette position."

"Nous avions une voiture rapide et avons tiré le meilleur de tout ce que nous avions, donc je ne pense pas qu'il y ait eu de chance du tout concernant ce que nous avons fait ce week-end. Nous avons bien rebondi après Zandvoort, l'une de nos pires courses de la saison, et nous avons fait du travail parfait ce week-end. Il n'y avait pas de chance, ce qui rend vraiment le goût un peu meilleur car c'est simplement mérité."

partages
commentaires
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

Article précédent

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

Article suivant

Il y a 20 ans : le GP que Schumacher ne voulait pas courir

Il y a 20 ans : le GP que Schumacher ne voulait pas courir
Charger les commentaires