Aidé par Ilmor, Honda met McLaren face à un dilemme pour 2018

McLaren fait face à un dilemme concernant sa situation moteur pour 2018 selon Motorsport.com, des sources suggérant qu'Honda a fait des progrès notables grâce à l'aide d'Ilmor.

Après des mois de spéculation concernant son prochain partenaire moteur, McLaren doit bientôt décider s'il continue avec Honda ou s'il est préférable de convaincre Renault.

Alors qu'il y a quelques semaines, il semblait peu probable que Woking poursuive sa route avec Honda, la situation s'est compliquée récemment, des sources suggérant qu'Ilmor avait réalisé des progrès intéressants dans son effort pour aider le motoriste japonais.

Dans le cadre d'une réorganisation de son programme F1 cette année, Honda a tiré parti de l'apport de consultants extérieurs pour l'aider à accélérer les progrès sur son unité de puissance.

Même si Honda n'a pas révélé l'identité des personnes impliquées, des sources ont confirmé qu'Ilmor, firme hautement respectée dans le domaine, était un des intervenants qui a travaillé dur pour l'aider à surmonter ses difficultés.

Et, dans le contexte d'une forte pression mise pour l'obtention de résultats – McLaren exigeant une vraie progression de Honda avant d'envisager une poursuite du partenariat –, il semble que le travail intensif d'Ilmor sur tous les aspects de l'unité de puissance ait produit des avancées encourageantes sur le banc d'essais.

La nouvelle de ces progrès arrive au bon moment pour Honda, McLaren devant prendre une décision pour sa motorisation 2018 dans les prochaines semaines, avant de commencer les négociations avec Fernando Alonso concernant un potentiel nouveau contrat.

Renault reste une option pour McLaren, mais le constructeur français ne semble pas très enclin à ajouter une quatrième fourniture à son portefeuille composé actuellement de Red Bull, Toro Rosso et de l'écurie d'usine du Losange. Cependant, cette possibilité n'a pas été totalement exclue.

Il reste une chance, également, que Toro Rosso libère une place en passant du côté de Honda pour 2018, les discussions de l'équipe italienne avec la firme japonaise ne semblant pas être totalement terminées.

La réorganisation de Honda

Même si Honda n'a pas connu de progression miraculeuse côté moteur jusqu'ici cette saison, en coulisses beaucoup de changements ont eu lieu au sein de l'entreprise pour permettre de renverser sa situation.

Elle s'est séparée de l'ancien employé de Ferrari, Gilles Simon, à la veille de la saison, avant de rechercher un large apport de la part de tierces parties, y compris d'Ilmor et de Mercedes.

Quand il lui est demandé de commenter la situation concernant Ilmor, et les gains potentiels qui en découlent, Honda a refusé de rentrer dans les détails, en dehors du fait qu'il travaillait dur pour 2018.

"Même si nous ne démentons pas la possibilité de travailler avec des [consultants] externes, nous ne révélons pas les détails", a indiqué un porte-parole de Honda. "Nous travaillons actuellement sur le développement de l'unité de puissance 2018 mais rien de précis ne peut être mentionné pour le moment, en dehors du fait que nous travaillons très dur pour continuer de progresser afin de devenir plus compétitifs lors de la saison à venir."

En plus du travail d'externalisation, des changements ont aussi été apportés au fonctionnement de Honda, suite à des problèmes de corrélation des données entre la piste et le banc d'essais qui ont eu un impact plus tôt dans la saison, surtout quand il s'est agi de transférer la performance du mono-cylindre vers le bloc moteur complet.

Avant l'été, Hasegawa déclarait : "Nous modifions notre façon de développer. Nous n'insistons pas trop sur le développement sur mono-cylindre. Nous pouvons contrôler les facteurs, les éléments ou beaucoup de concepts avec le [bloc] mono-cylindre mais maintenant nous avons compris qu'il fallait contrôler avec le V6 pour finaliser notre spécification. Donc nous ne nous appuyons plus trop sur les résultats du mono-cylindre. 

Les succès d'Illien

Le spécialiste des moteurs Mario Illien a connu le succès par le passé en Grand Prix, le plus notablement avec Mercedes et McLaren au milieu des années 1990, permettant les deux titres mondiaux de Mika Häkkinen en 1998 et 1999. Ses moteurs ont 44 victoires et 43 poles en F1.

Ilmor a auparavant travaillé sur l'unité de puissance Renault, en 2015, dans le cadre d'un programme qui comprenait l'utilisation d'un prototype de mono-cylindre fourni par Illien à la demande de Red Bull Racing.

Malgré des résultats initiaux encourageants, Renault a mis fin à ce travail, estimant que ses propres solutions en matière de design offraient une plus grande chance de progrès.

Illien a aussi assisté aux récentes réunions de la FIA sur l'avenir de la formule moteur de la Formule 1.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren
Type d'article Actualités
Tags honda, ilmor, mario illien, yusuke hasegawa