Ailerons 2019 : Renault espère que la concurrence a été "honnête"

partages
commentaires
Ailerons 2019 : Renault espère que la concurrence a été
Par : Benjamin Vinel
15 oct. 2018 à 12:10

La saison 2019 verra l'arrivée de nouveaux ailerons visant à faciliter les dépassements, après une consultation des équipes. Renault espère que ses rivaux ont fait preuve d'honnêteté.

Les Formule 1 actuelles ont beau être les plus rapides de l'Histoire, elles n'ont pas que des qualités : la quantité gigantesque d'appui aérodynamique qu'elles produisent signifient qu'une monoplace peine à en suivre une autre dans les virages à haute vitesse, ce qui a un impact non négligeable sur les dépassements.

C'est pour cette raison que les instances dirigeantes ont consulté les écuries afin de trouver une solution en vue de la saison 2019, avec des ailerons arrière plus larges, des écopes de frein simplifiées, ainsi que des ailerons avant plus larges également et légèrement plus hauts.

Lire aussi :

Cette proposition n'avait toutefois pas l'appui de Renault Sport F1 Team, qui a participé aux discussions mais a dû se rallier à la majorité.

"[La F1] nous a demandé de faire des simulations pour prouver qu'elle était le bon chemin, et nous n'avons pas pensé que ce soit le cas, en fait", déclare Marcin Budkowski, directeur technique du Losange. "Nous ne pensions pas que la différence soit suffisamment grande pour justifier une nouvelle réglementation pour l'an prochain, mais d'autres équipes si. Espérons qu'elles ont été aussi honnêtes que nous, car nous n'avons pas agi par intérêt."

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, bloque une roue devant une Williams
Robert Kubica, Williams FW41, avec de la peinture aéro flow-viz sur la voiture

Budkowski doute que ces nouvelles règles aient un impact suffisant pour faciliter les dépassements de manière significative.

"Nos données initiales laissaient imaginer que cela n'allait pas faire une énorme différence. Ne vous méprenez pas, cela va modifier le flux aéro qu'ils ont essayé de changer, mais est-ce que cela va permettre aux voitures de se suivre de près, nous ne sommes pas convaincus. Maintenant que nous sommes là-dedans, nous espérons que cela portera ses fruits pour le bien de la F1, mais nous avons nos doutes et c'est pourquoi nous n'avons pas soutenu ce changement. Mais la majorité y était favorable, et nous ne voyons pas d'inconvénient à suivre le mouvement."

Plusieurs écuries ont testé des ailerons avant respectant la spécification 2019 lors des essais privés du Hungaroring cet été, à savoir Williams et Force India (ainsi que Red Bull pour un tour d'installation seulement). Paddy Lowe, directeur de la structure de Grove, admet néanmoins la complexité de la situation.

Lorsque Motorsport.com lui demande à quel point il est difficile d'avoir un objectif réaliste pour le développement de ces ailerons avant de prendre la piste, Lowe répond : "C'est une très bonne question, qui est souvent posée. Par le passé, les équipes ont dit que nous allions retrouver notre niveau actuel, mais cela paraît complètement arbitraire en soi. Vous essayez de désigner un niveau raisonnable selon votre point de départ. À quel point est-ce que c'est précis, et quelle différence cela fait, voilà deux questions auxquelles je n'ai pas vraiment de réponse."

Propos recueillis par Jonathan Noble et Scott Mitchell

Article suivant
Stroll heureux que les ponts n'aient pas été coupés avec Ocon

Article précédent

Stroll heureux que les ponts n'aient pas été coupés avec Ocon

Article suivant

Technique - Comment Sauber a retrouvé le milieu de grille

Technique - Comment Sauber a retrouvé le milieu de grille
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams , Renault F1 Team
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités