Ailerons flexibles : Mercedes prêt à porter réclamation à Bakou

La saga autour des ailerons flexibles pourrait prendre une tournure plus polémique encore lors du prochain Grand Prix, en Azerbaïdjan. C'est la menace que brandit clairement Toto Wolff à l'issue du Grand Prix de Monaco.

Ailerons flexibles : Mercedes prêt à porter réclamation à Bakou

Tandis que la FIA s'inquiète de voir certaines écuries flirter avec les limites au niveau de la flexibilité de leur aileron arrière, un renforcement des contrôles a été annoncé après le Grand Prix d'Espagne, où le comportement de la Red Bull avait éveillé les soupçons. Cependant, l'instance internationale a accordé un délai avant d'implémenter ses nouveaux tests de flexibilité, qui n'entreront en vigueur que pour le Grand Prix de France afin de laisser aux éventuelles équipes concernées le temps de se mettre en conformité. Une situation qui a suscité de l'agacement, notamment chez Mercedes et McLaren, alors que les équipes dans le viseur sont principalement Red Bull, Ferrari et Alfa Romeo.

Lire aussi :

Les écuries mécontentes discutent actuellement avec la FIA mais il semble désormais de plus en plus probable de les voir porter réclamation à Bakou, la semaine prochaine, si rien ne change. Directeur de Mercedes, Toto Wolff n'a laissé planer aucun doute au micro de Sky Sports, dimanche soir.

"Oui, je pense que si les ailerons flexibles sont là à Bakou, avec l'avantage que nous constatons, ça ira devant les commissaires", prévient l'Autrichien. "Et si ça ne suffit pas devant les commissaires, ça ira ensuite devant la Cour d'appel internationale [de la FIA]. J'imagine donc que la FIA va clarifier les choses avant Bakou, car si ce n'est pas le cas, ce pourrait être le bazar."

Cette posture est identique chez McLaren, où le directeur d'équipe Andreas Seidl estime que la manière dont la FIA gérera la situation dans les jours qui viennent sera déterminante et dictera le recours ou non à une réclamation de la part de l'écurie de Woking.

"Nous sommes évidemment indépendants de ce que fait Mercedes", rappelle l'Allemand. "Nous échangeons avec la FIA sur cette question pour le moment. Comme nous l'avons dit, nous ne sommes absolument pas contents que des voitures qui, selon nous, ne sont clairement pas conformes au règlement et ont été repérées, puissent continuer à être utilisées par nos concurrents. C'est pourquoi nous échangeons avec la FIA, et tout partira de ça la semaine prochaine."

Chez Mercedes, on assure avoir constitué les preuves suffisantes pour aller plus loin, y compris pour se prémunir de toute riposte de Red Bull concernant la flexibilité supposée de l'aileron avant de la W12.

"Nous avons analysé les ailerons avant, et ils se déforment exactement de la même manière que chez Red Bull, donc nous pourrions porter réclamation l'un contre l'autre", ironise Toto Wolff. "Mais il est évident que l'aileron arrière se déforme plus qu'il ne le devrait. Dans le cadre de la réglementation, il a été classé non conforme. Mais il y a un vide, puisque le nouveau test sera introduit après Bakou. C'est comme ça. Mais notre position d'un point de vue légal est plutôt solide."

partages
commentaires
Lando Norris, le troisième homme !
Article précédent

Lando Norris, le troisième homme !

Article suivant

Hors du coup à Monaco, Alpine accroche le top 10 malgré tout

Hors du coup à Monaco, Alpine accroche le top 10 malgré tout
Charger les commentaires