Hommage à Frank Williams
Dossier

Hommage à Frank Williams

Alan Jones : Avec Frank Williams, "l'aboutissement d'un rêve"

Alan Jones a appris la disparition de Frank Williams avec une vive émotion. Champion du monde avec l'écurie de Sir Frank en 1980, il offre un hommage admiratif pour un patron avec qui il a connu "l'aboutissement d'un rêve".

Alan Jones : Avec Frank Williams, "l'aboutissement d'un rêve"

Premier Champion du monde de l'écurie Williams, Alan Jones a lui aussi rendu un hommage appuyé à Frank Williams, disparu dimanche dernier à l'âge de 79 ans. L'ancien pilote australien, qui a été sacré avec l'écurie britannique en 1980 au volant de la FW07, n'a pas caché son émotion, admettant qu'il avait eu du mal à encaisser la nouvelle. "Au final, en plus d'être un patron, c'était un ami", explique-t-il à Motorsport.com. "J'aime à penser que j'étais très proche de la famille."

À jamais le premier, Alan Jones a insisté sur les vertus déjà unanimement saluées à travers les hommages qui se sont succédés ces dernières heures, louant particulièrement la détermination et l'enthousiasme de Frank Williams à la tête de son écurie, qui n'ont jamais cessé même après son grave accident de la route en 1986.

"Il incarnait l'esprit et la détermination du passionné par excellence", assure Alan Jones. "Au final, en plus d'être propriétaire d'équipe, c'était un vrai passionné qui aimait le sport automobile. Je ne saurai jamais comment il a réussi à aller sur autant de Grands Prix en étant tétraplégique. Sa détermination et son enthousiasme, c'était tout simplement incroyable. Je pense qu'il laissera en héritage le fait que, dans le fond, vous pouvez réussir n'importe quoi tant que vous y mettez du vôtre."

Frank Williams et Alan Jones en août 1980.

Frank Williams et Alan Jones en août 1980.

Alan Jones a été celui qui, avec Clay Regazzoni et Carlos Reutemann, a ramené les premiers succès à l'écurie Williams entre 1978 et 1981, avec comme premier accomplissement majeur ce titre mondial décroché en 1980. L'Australien se souvient de l'harmonie et des valeurs communes qui soudaient son trio avec Frank Williams et Patrick Head.

"Nous avions de merveilleuses relations de travail", raconte-t-il. "Tous les trois, avec Frank et Patrick, nous avions à peu près le même âge. C'était fabuleux, nous avons connu cette ascension ensemble. Gagner contre des grands noms reconnus était très satisfaisant. C'était l'aboutissement de quelque chose. Frank avait commencé en faisant courir des F1 d'occasion et en bricolant des pièces détachées alors pour lui, remporter un titre mondial, c'était l'aboutissement d'un rêve. Et pour moi qui avais quitté l'Australie pour vivre [en Europe] et qui étais passé par des formules de promotion, gagner le Championnat du monde a été un moment très émouvant."

Pour illustrer ce qu'était sa collaboration avec Frank Williams, Alan Jones évoque une anecdote survenue lors d'un Grand Prix à Wakins Glen, aux États-Unis.

"Nous nous entendions très bien", précise-t-il. "C'était un patron exigeant mais il était 100% juste, et je dis souvent que c'est le meilleur gars pour qui j'ai piloté. Il tenait compte de ce qu'on lui disait. Il y a eu un incident en particulier, lorsque nous étions à Waktins Glen et que je ne m'étais pas bien qualifié. J'ai dit à Frank que je pensais que mon moteur manquait de puissance. Alors il a dit : 'Très bien, nous allons le changer. Il n'y a aucune raison que je te paie tout cet argent pour piloter pour moi et que je doute de ta parole'. Bien sûr, nous avons changé le moteur et j'ai été le plus rapide lors du warm-up. Voilà le genre de gars qu'il était."

Propos recueillis par Tom Howard

partages
commentaires
Verstappen a "poli" son agressivité en piste, selon Ricciardo
Article précédent

Verstappen a "poli" son agressivité en piste, selon Ricciardo

Article suivant

Et si les écuries et Pirelli donnaient plus d'infos pour la TV ?

Et si les écuries et Pirelli donnaient plus d'infos pour la TV ?
Charger les commentaires