Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Albon décrit par ses mots le défi Red Bull/Verstappen

partages
commentaires
Albon décrit par ses mots le défi Red Bull/Verstappen
Par :
9 oct. 2019 à 14:30

Alex Albon semble disposer d'un mental solide et ne se laisse pas dépasser par les enjeux pesant sur ses épaules, alors qu'il a les moyens de se promettre un avenir radieux avec l'équipe Red Bull. Pour cela, il lui faut aussi se frotter à l'ogre Verstappen.

Confronté à la double difficulté de trouver ses marques en pleine saison au sein d'un top team sur des tracés qu'il découvre au volant d'une F1, mais aussi mis en comparaison directe et immédiate avec son redoutable équipier Max Verstappen, Alexander Albon sait néanmoins disposer d'une opportunité comme elles sont rares dans la carrière d'un pilote de course. Viendrait-il à convaincre Helmut Marko et Christian Horner qu'il est la bonne personne pour occuper le second baquet Red Bull en 2020, qu'il disposerait alors de l'un des volants les plus convoités au monde. Il lui reste désormais jusqu'au Grand Prix du Mexique pour faire peser la balance de son côté.

À la question de savoir si Verstappen rend la voiture meilleure qu'elle ne l'est, Albon estime cependant que c'est aux ingénieurs d'apporter des éclairages. "Ce n'est pas vraiment à moi de commenter cela. De mon côté, j'essaie juste de comprendre comment la piloter. C'est juste différent [de la Toro Rosso], comme je l'ai dit auparavant. Pas d'une bonne ou d'une mauvaise façon, mais c'est simplement différent. Et il faut prendre la mesure de cela pour réellement bien comprendre comment la piloter. Cela prend du temps, mais oui, il faut prendre le rythme de cette auto."

Lire aussi :

Les différences se trouvent "simplement dans le style de pilotage", poursuit celui qui découvre encore la F1. "Il ne s'agit pas d'une seule chose à faire. Elle n'est pas plus facile ou plus compliquée à piloter." Il faut dès lors s'adapter. "Oui, c'est comme tout : on doit s'adapter à n'importe quelle voiture. Même l'an prochain, la voiture sera différente et il faudra ajuster son style de pilotage. Bien entendu, j'ai passé la majorité de mon temps à piloter la Toro Rosso donc il faut juste reconnecter un peu le cerveau pour prendre le coup avec la Red Bull."

"Pas si différent" du style de Verstappen

En face de lui, donc, un équipier avec qui la comparaison peut être difficile pour tout pilote, mais qui a déjà fait savoir qu'il appréciait la compagnie du Thaïlandais, avec qui il partage par ailleurs des éléments de style de pilotage. Un facteur qui pourrait influencer Red Bull, qui avec la direction de développement prise en 2020 pourrait satisfaire ses deux pensionnaires.

"Nous ne sommes pas si différents", constate Albon après avoir étudié les données de Verstappen et les avoir comparées aux siennes. "Il n'y a pas un aspect où nous sommes clairement différents. Je ne pourrais pas vous le dire [précisément], façon : "je fais toujours ci, mais il fait toujours ça". Ce sont de petites choses un peu partout."

Lire aussi :

Et à ceux qui pourraient penser que Red Bull favorise Verstappen de manière latente, Albon apporte de quoi déconstruire la théorie : les voitures sont similaires pour les deux pilotes, jusqu'aux réglages, dont il profite d'ailleurs directement sur la base du travail de son équipier, auquel il fait confiance. "Oui, les voitures sont similaires. Et je souhaite que cela soit le cas, car je sais ce qu'a Max et je ne désire pas m'aventurer trop loin de ce qui est optimal sur l'auto. Cela me permet de me concentrer sur mon style de pilotage et je sais où se trouve le temps au tour."

Article suivant
Renault avec un nouvel aileron avant au Japon

Article précédent

Renault avec un nouvel aileron avant au Japon

Article suivant

Leclerc : L'intérêt de Ferrari prime sur le duel avec Vettel

Leclerc : L'intérêt de Ferrari prime sur le duel avec Vettel
Charger les commentaires