Réactions
Formule 1 GP des Pays-Bas

Albon pensait le top 10 perdu après le pari des slicks

Même s'il ne s'agissait que de sa quatrième entrée dans les points de la saison, Alexander Albon a reconnu que son bonheur était "mitigé" après sa huitième place au GP des Pays-Bas, une course où les choix stratégiques de Williams n'ont pas toujours connu une grande réussite.

Huitième à l'arrivée, Alexander Albon a longtemps flirté avec le top 5. Le Thaïlandais a été l'un des quelques pilotes qui ne sont pas rentrés au stand en début de course, alors qu'une averse courte s'abattait sur le circuit. Dans ces conditions, il est passé de la quatrième position en fin de deuxième tour à la 15e quelques boucles plus tard.

Profitant de la fin de la pluie et d'une piste séchant rapidement pour remonter, il est parvenu, peu après la mi-course, à se repositionner en cinquième position. Il a fini par délaisser ses tendres du départ, au terme d'un relais de 44 tours, le faisant redescendre dans le top 10 avant de reprendre sa marche en avant jusqu'en sixième position. Une nouvelle averse et une réaction un peu tardive pour changer de pneus l'a alors replacé en neuvième place, transformée en huitième à l'arrivée suite à l'abandon de George Russell.

Lire aussi :

Revenant longuement sur sa course, il a expliqué : "Après les cinq-six premiers tours, je me suis dit que c'était déjà fini pour les points, mais nous sommes restés fidèles à notre ligne de conduite, ce qui était très important. On peut dire que nous aurions dû passer au stand plus tôt et opter pour les pneus intermédiaires, mais il était mieux de faire ce que nous avons fait plutôt que de faire comme George, par exemple, et de se retrouver dans ce terrible cycle."

Albon fait ici référence au fait que Russell ne s'est, comme lui, pas arrêté en début de course avant de finir par le faire à contretemps au quatrième tour pour avoir à repasser par les stands une demi-douzaine de boucles plus tard, pour rechausser des pneus slicks.

"Nous avions donc un relais énorme à faire, 44 tours je crois avec les pneus tendres", a ajouté le pilote Williams. "Vous ne pouvez faire ce genre de relais que lorsque la voiture est bonne et la voiture était très forte ce week-end. C'est très facile de contrôler la dégradation à l'avant, la dégradation à l'arrière, juste avec des outils et avec le pilotage ; j'ai toujours été capable de déplacer l'équilibre là où j'en avais besoin. Ensuite nous avons mis les mediums, et nous avons commencé à remonter dans la hiérarchie. Je me suis retrouvé en P5, et en P4, je me suis dit que c'était parfait."

Je n'ai jamais eu d'aussi bonnes sensations dans la voiture depuis que je suis chez Williams.

Alexander Albon

"Puis on m'a dit à la radio qu'il allait pleuvoir dans cinq minutes. 'Pas encore !' Nous devons réexaminer la décision concernant le deuxième arrêt au stand. C'est très délicat parce que je ne me suis [d'abord] pas arrêté et pendant la première moitié du tour, j'ai pensé que c'était parfait. En fait, j'ai dépassé tout le monde à ce moment-là, j'ai dépassé les deux voitures devant moi, parce que le secteur 1 et le milieu du secteur 2 étaient encore secs. En l'espace de dix secondes, nous sommes passés des pneus slicks aux pneus pluie. Je me suis traîné dans les quatre derniers virages."

"Et j'ai été battu par Lando [Norris] et George à l'undercut. Ça arrive. J'ai l'impression que nous terminons la journée un peu déçus de ne pas avoir fini sixième, mais nous avons tout de même terminé huitième. C'est un excellent résultat pour nous. Et nous étions dans le rythme ce week-end, ça ne fait aucun doute. C'est notre meilleur week-end. Je n'ai jamais eu d'aussi bonnes sensations dans la voiture depuis que je suis chez Williams. Il y a donc beaucoup de points positifs à retenir."

"Je pense que nous avons été un peu malchanceux, d'une manière étrange. Nous n'avons pas pris le risque, comme d'autres, de rentrer au stand si tôt pour des pneus intermédiaires, parce que dans ce sens, c'était en fait un risque de le faire, parce que ce n'était pas vraiment [des conditions pour les] pneus intermédiaires au moment où ils sont passés au stand. Mais pendant le tour, ça l'a été. Donc c'est comme ça, je suis très heureux. C'est un bonheur mitigé."

Le départ du GP des Pays-Bas 2023 de F1.

Le départ du GP des Pays-Bas 2023 de F1.

Quand il lui est demandé si le choix initial de demeurer en piste malgré l'averse était plutôt venu de lui ou de son écurie, Albon a répondu : "Nous avons été informés. Nous pensions que la pluie ne durerait pas longtemps. Et nous ne pensions pas que ce serait aussi intense. C'est comme en Thaïlande. C'est comme une mousson à chaque fois qu'il pleut ici ! C'est incroyable. Et à ce moment-là, c'est trop tard. Il suffit de 10 secondes pour que tout bascule."

"La pluie arrive normalement sous forme de bruine. Puis le front complet arrive. C'est tout ou rien. C'est comme un interrupteur. Alors oui, nous allons examiner la situation. Je pense que c'est un peu plus spécifique à un circuit. Sauf à Singapour. Et là, c'est à nouveau la mousson, mais oui, je ne vois pas les choses de manière trop négative, le recul est une chose merveilleuse. Mais il ne faut pas oublier le travail qui a été fait ce week-end."

Lire aussi :

Propos recueillis par Adam Cooper

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Horner a lui-même ordonné le dernier arrêt de Verstappen
Article suivant Le crash de Sargeant provoqué par un problème hydraulique

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse