Albon : Réserviste est "plus important" que le DTM pour revenir en F1

Alexander Albon assure que ses fonctions de pilote d'essais et de réserve chez Red Bull joueront un rôle plus important que son programme DTM dans la possibilité d'un retour en Formule 1 en 2022.

Albon : Réserviste est "plus important" que le DTM pour revenir en F1

Écarté par Red Bull l'hiver dernier pour ne pas avoir réussi à égaler les performances de son équipier Max Verstappen au cours de la saison 2020, Alexander Albon a vu son baquet être subtilisé par Sergio Pérez, nullement rattaché à l'académie Red Bull. Et contrairement à ses prédécesseurs dans l'écurie autrichienne, Daniil Kvyat et Pierre Gasly, qui ont été rétrogradés dans l'équipe jumelle Toro Rosso, Albon n'a pas encore bénéficié d'une seconde chance chez AlphaTauri ni même en Formule 1.

En 2021, le pilote thaïlandais participera à certaines manches du championnat DTM reformaté, au volant d'une Ferrari 488 GT3, tout en gardant un pied en Formule 1 en qualité de pilote de réserve pour les équipes Red Bull et AlphaTauri. Bien qu'un succès en DTM lui permettrait de gagner en popularité, Albon insiste sur le fait que l'objectif premier de son programme est de rester affûté, le championnat allemand de voitures de tourisme n'étant pas perçu comme un moyen de revenir en Grand Prix.

"Pour ce qui est de mon rôle, il s'agit plutôt de faire mon travail du mieux que je peux dans le championnat [DTM]", indique-t-il à Motorsport.com. "Beaucoup de choses en Formule 1 dépendent un peu plus des performances des autres pilotes et des opportunités qui se présentent. Il n'y a pas tant d'exigences ici [en DTM]. Bien sûr, mon rôle de réserviste, le travail sur le simulateur et les essais sont bien plus importants [pour revenir en F1]."

Lire aussi :

Albon rejoint deux anciens pilotes de la catégorie reine sur les grilles de départ du DTM. Le Thaïlandais affronte Timo Glock, sur BMW M6 GT3, et Christian Klien, ce dernier participant à une campagne partielle sur une McLaren 720S GT3. Interrogé sur un engagement en voitures de tourisme sur le long terme, Albon a répondu que cette possibilité n'existait "pas vraiment".

"Pour le moment, [le DTM] me permet de rester affûté, de rester en forme", commente-t-il. "Mais je veux toujours [être en F1]. Si la F1 ne fonctionne pas, alors nous verrons. [Courir en voitures de tourisme] n'est pas quelque chose que je refuserais à 100%."

Ayant déjà pris le volant de la Ferrari 488 GT3 dans le cadre d'essais à Spa-Francorchamps et à Hockenheim, Albon révèle qu'il a dû réajuster ses points de freinage pour le GT3, admettant que son expérience en F1 avait tendance à lui faire "sur-piloter" la Ferrari.

"Les courses de GT sont différentes", déclare le pilote de 25 ans. "Mais c'est une courbe d'apprentissage. J'aime ça, c'est un défi et un style de pilotage complètement différents. Au début, je sur-pilotais parce que j'étais formaté sur la manière de prendre certains virages, c'était presque comme tout réapprendre. Mais au final, ça reste une voiture. Il y a un volant, des pédales et on s'y adapte assez rapidement."

partages
commentaires

Related video

Marko : Verstappen et Hamilton "sur une autre planète"
Article précédent

Marko : Verstappen et Hamilton "sur une autre planète"

Article suivant

L'attitude de Tsunoda face à ses erreurs fait sa "force"

L'attitude de Tsunoda face à ses erreurs fait sa "force"
Charger les commentaires