Alesi - "Jules s'est battu jusqu'au bout"

C'est cette nuit que le décès de Jules Bianchi a été prononcé, après neuf mois de coma et de lutte à la suite de son accident survenu lors du Grand Prix du Japon 2014.

L'émotion est vive dans le monde des sports mécaniques, tout particulièrement chez les francophones et au sein de la Fédération Française du Sport Automobile.

"C’est une nouvelle que l’on n’accepte pas," regrette Jean Alesi, capitaine de l'Équipe de France FFSA Circuit dont a fait partie Jules Bianchi avant d'arriver en Formule 1. "Il s’est battu jusqu’au bout. On croyait en lui. On croyait qu’un miracle pouvait arriver", ajoute-t-il au micro de BFM TV.

"C’était un garçon attachant, très droit sur la piste et en dehors. Il était très aimé. C'était la joie de vivre. Ça a été un choc pour tout le monde. C’est la première fois depuis 21 ans qu’un pilote de F1 se tue (Ayrton Senna à Imola). Il y a eu beaucoup de travail sur la sécurité sur les circuits et les voitures ; on ne pouvait plus imaginer que cela arrive."

Nicolas Deschaux, président de la FFSA, a également exprimé sa désolation sur France Info : "C'est avec une très très grande tristesse qu'on a appris sa mort. Je le suivais depuis tout jeune en karting. C'était l'un des espoirs les plus sûrs du sport auto français. Il était promis à un avenir beaucoup plus grand dans les plus grands teams," conclut Deschaux.

Jules Bianchi faisait partie du programme de jeunes pilotes Ferrari depuis le mois de décembre 2009.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jules Bianchi
Type d'article Actualités
Tags déclaration, décès