Wurz - La F1 est à nouveau "authentique"

partages
commentaires
Wurz - La F1 est à nouveau
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
3 avr. 2017 à 14:00

La Formule 1 est redevenue authentique grâce à des voitures 2017 qui posent des difficultés aux pilotes et leur donnent du plaisir. C'est en tout cas l'opinion d'Alexander Wurz, président du GPDA (Association des Pilotes de Grand Prix).

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, devant Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, et Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Alex Wurz, conseiller de Williams, président du GPDA
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, et le reste du peloton dans le premier virage
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, devant Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12, devant Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17, devant Esteban Ocon, Force India VJM10, et Lance Stroll, Williams FW40
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, devant Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Alexander Wurz, Williams F1 Team
Alexander Wurz, Williams F1 Team

Avec des ailerons plus volumineux et des pneus plus larges qui devraient permettre de battre les records des circuits cette année, les nouvelles Formule 1 sont beaucoup plus difficiles à pousser à la limite selon les pilotes.

À la suite d'un Grand Prix d'Australie disputé, qui a basculé en la faveur de Sebastian Vettel lorsque Lewis Hamilton s'est retrouvé coincé derrière Max Verstappen après son arrêt au stand, Alexander Wurz est convaincu que les fans devraient se satisfaire d'assister à des courses authentiques de nouveau.

Wurz, qui est à la tête du GPDA depuis 2014, mentionne un feedback encourageant de la part des pilotes, même s'il admet que certains domaines, comme l'écart entre les équipes, peuvent être améliorés.

"Les pilotes aiment les voitures", déclare l'Autrichien pour Motorsport.com. "C'est authentique et cela se voit, donc la F1 est bien plus facile à vendre. Si l'on entend un multiple Champion du monde à bout de souffle à la radio parce qu'il attaque et qu'il peut attaquer en permanence, personne n'a besoin d'expliquer que c'est dur physiquement et difficile à piloter. À chaque tour, ils attaquaient. Ça, c'est cool. Donc je pense que nous allons vraiment dans une bonne direction."

Des domaines à améliorer

Bien que satisfait de l'évolution des monoplaces, Wurz reconnaît la présence de problèmes que la F1 doit résoudre, comme l'écart entre les équipes du top 3 et le reste du peloton. Cet écart se chiffrait à six dixièmes entre Max Verstappen et Romain Grosjean en qualifications à Melbourne, alors que Felipe Massa, sixième, a franchi le drapeau à damier 55 secondes après le Néerlandais lors de la course.

"Si j'avais une liste de souhaits, je dirais que si nous arrivions à rapprocher un peu le peloton entre la première et la dernière place et par rapport aux top teams, cela apporterait un peu plus de compétition", poursuit Wurz. "Ce serait automatiquement plus passionnant, donc ce serait compétitif, authentique et passionnant. Nous nous dirigeons dans cette direction."

L'ancien pilote de Formule 1 souligne par ailleurs l'intérêt de meilleurs angles pour les caméras situées en bord de piste.

"Le flux TV est déjà meilleur parce qu'ils ont une caméra embarquée qui tremble un peu, donc la perception est que c'est plus rapide, que les voitures sont plus rapides : ça se voit", ajoute-t-il. "Si le flux TV s'éloignait du business model à l'ancienne avec ces plans larges pour avoir quelques plans très rapides, pour capturer la vitesse de la voiture pour l’œil humain, je pense que la F1 irait dans la bonne direction. Puis ce sera aux nouveaux propriétaires d'en faire la promotion, encore et encore."

Moins de dépassements ?

Wurz est bien conscient des inquiétudes qui règnent chez les fans au sujet des dépassements depuis le Grand Prix d'Australie, mais rappelle l'attrait qu'a désormais la période des années 2000, auparavant fustigée pour la même raison.

"Je comprends immédiatement que certains pilotes disent qu'ils ne peuvent pas dépasser, mais c'est le sujet de nombreux débats. Personne au monde ne peut penser, si nous avons les meilleurs pilotes – ce que nous voulons tous –, s'ils sont plus proches en termes de compétitivité, s'il n'y a pas d'interférence artificielle dans ce jeu-là, que les dépassements vont être faciles."

"Mais si l'on se rappelle les années 2000, quand les gens disaient que les courses étaient ennuyeuses à mourir et que les dépassements étaient extrêmement difficiles, c'était l'ère la plus populaire de la F1 parce qu'elle était authentique et cool", conclut-il.

Sondage mondial des fans 2017

Prochain article Formule 1
Officiel - Giovinazzi remplace Wehrlein en Chine

Previous article

Officiel - Giovinazzi remplace Wehrlein en Chine

Next article

Renault a des évolutions "enthousiasmantes" à venir

Renault a des évolutions "enthousiasmantes" à venir

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Alexander Wurz
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités