Alfa Romeo pas ralenti par les discussions avec Andretti

Alors que le sujet du potentiel rachat de l'équipe Alfa Romeo par Andretti est venu pimenter la fin de saison 2021, Frédéric Vasseur a assuré que les discussions avec la structure américaine n'avaient pas impacté les plans du Trèfle pour 2022.

Alfa Romeo pas ralenti par les discussions avec Andretti

Bien que son nom ne soit plus présent sur la grille, Sauber continue d'être impliqué en Formule 1 puisque la célèbre écurie suisse gère les activités d'Alfa Romeo depuis son retour en catégorie reine, en 2019. Et l'an passé, Sauber était en passe de remettre les clés de l'équipe à Andretti Autosport, dirigé par l'ancien pilote Michael Andretti, fils du Champion du monde de F1 Mario Andretti.

La structure américaine jouit d'une présence importante dans le monde du sport automobile : elle est engagée en IndyCar, en Formule E, en Extreme E ou encore en Supercars. Le rachat du groupe Sauber aurait donc étendu sa portée à la Formule 1.

Finalement, les négociations ont été rompues au dernier moment en raison de "questions de contrôle", selon Michael Andretti. D'aucuns ne doutent que de telles discussions ont eu un impact important sur les plans d'Alfa Romeo pour 2022 et au-delà. Toutefois, Frédéric Vasseur, directeur d'équipe, a insisté sur le fait que les négociations n'avaient pas eu une telle incidence.

"Nous n'avons pas du tout mis en pause la partie technique et nous n'avons pas levé le pied sur le développement, c'est une certitude", a lancé Vasseur au micro de Motorsport.com. "Sur certains sujets de discussion, sur les sponsors, les pilotes, etc., nous avons dû être un peu plus présents. Mais au final, cela ne change pas la situation. Cela n'a eu aucun impact, si ce n'est que nous avons reporté certaines décisions."

Aujourd'hui, l'écurie italo-helvète cherche à rebondir après avoir glissé à la neuvième place du championnat en 2021. Valtteri Bottas et Guanyu Zhou forment le nouveau duo de pilotes, remplaçant ainsi la paire Kimi Räikkönen-Antonio Giovinazzi qui était alignée depuis 2019. L'arrivée de Zhou, premier pilote titulaire chinois de l'Histoire, offre un coup de pouce financier non négligeable grâce à ses sponsors, tandis que Bottas peut compter sur cinq ans d'expérience dans une équipe octuple Championne du monde en titre.

Et selon Vasseur, il est nécessaire de "construire d'abord les fondations de la maison" avant de procéder "étape par étape" à la remontée d'Alfa Romeo dans la hiérarchie. "Pour l'année prochaine, c'est un nouveau projet qui est développé sous un plafond budgétaire", a-t-il indiqué. "Nous avons un nouveau line-up. Nous aurons un nouveau moteur Ferrari. Nous essayons de tout mettre bout à bout. Mais tout le monde fait pareil. Tout le monde essaie d'améliorer le line-up, tout le monde essaie d'améliorer le moteur, tout le monde recrute."

"C'est sûrement le meilleur côté de votre boulot. Tout le monde est concentré sur la performance et est convaincu que nous ferons un meilleur travail demain. C'est la plus grande source de motivation. Au final, quelqu'un sera P1 et quelqu'un d'autre sera P10. Nous aurons de bons et de mauvais résultats. Le plus important, c'est que dans notre compagnie, de l'actionnaire à l'employé d'usine, tout le monde soit convaincu que nous avançons dans la bonne direction. C'est important pour moi parce que nous avons besoin du soutien de tout le monde."

Lire aussi :

partages
commentaires
Ocon : La victoire a enlevé de la pression à Alpine
Article précédent

Ocon : La victoire a enlevé de la pression à Alpine

Article suivant

Schumacher place de "grandes attentes" sur la Haas de 2022

Schumacher place de "grandes attentes" sur la Haas de 2022
Charger les commentaires