Alfa Romeo réticent à l'idée d'engager un rookie en 2022

Frédéric Vasseur, à la tête de l'écurie Alfa Romeo, a minimisé la possibilité qu'un rookie soit engagé lors de la saison 2022 en raison du manque d'opportunités d'essais.

Alfa Romeo réticent à l'idée d'engager un rookie en 2022

À la suite de l'annonce de la retraite de Kimi Räikkönen à la fin de la saison, Alfa Romeo se doit de lui trouver un remplaçant. Plusieurs noms sont sur la liste de l'écurie italo-suisse, dont Valtteri Bottas. Mais s'il venait à rejoindre l'équipe, le Finlandais ne serait pas assuré d'être épaulé par Antonio Giovinazzi, titulaire depuis 2019 et lié à Ferrari, en raison des négociations menées par Alfa Romeo et le Cheval Cabré remettant en question la présence dans l'équipe d'un membre de la Ferrari Driver Academy.

Lire aussi :

Selon toute logique, Giovinazzi restera le choix numéro un de Ferrari en 2022. Par conséquent, si rien ne change entre les deux structures, l'Italien ne sera pas remplacé par un pilote junior soutenu par Maranello, tel que Callum Ilott, réserviste de la Scuderia, ou Robert Shwartzman, auteur de plusieurs victoires en Formule 2. Mais si Giovinazzi n'est pas conservé, Nyck de Vries, Champion du monde de Formule E avec Mercedes, et Alexander Albon, pilote d'essai Red Bull Racing, sont les deux favoris pour son volant ou une place chez Williams.

Bien que les employeurs actuels de De Vries et Albon exercent tous deux un fort lobbying, Frédéric Vasseur a laissé entendre que le Thaïlandais avait les meilleures chances d'intégrer la grille en 2022. Le directeur d'équipe affirme qu'engager un rookie l'an prochain sera bien plus difficile compte tenu du nombre très limité d'essais hors des Grands Prix.

"Je ne suis pas sûr que le changement de règles ait quelque chose à voir avec cela", a indiqué le Français à Motorsport.com au sujet de sa réticence à engager un rookie. "Je dirais que c'est probablement [dû] au nombre limité de journées d'essais. Nous devons réfléchir à ce sujet dans le choix du pilote. Je suis beaucoup plus préoccupé par le nombre de ces jours [d'essais] lorsque l'on parle d'un rookie, parce qu'il n'y en a que six, ou huit si l'on compte les tests de fin de saison."

"Cela signifie qu'il y a trois jours par pilote au volant de la nouvelle voiture. Il peut aussi y avoir des problèmes de fiabilité ou de mauvaises conditions météorologiques, comme ce qui s'est passé il y a deux ans [à Barcelone]. Nous devons prendre en compte tous ces éventualités."

De plus, Vasseur n'a pas exclu la possibilité de conserver Giovinazzi, soulignant qu'un accord pourrait être conclu malgré le changement contractuel avec Ferrari. "Nous avons une relation très forte avec Ferrari, nous voulons développer cette relation et nous regardons de près la [Ferrari Driver Academy], c'est sûr", a-t-il déclaré. "L'avantage est que nous n'avons pas à prendre la décision aujourd'hui. Antonio a encore quelques courses devant lui, et il est en bonne position, il fait partie de la famille, il fait du bon travail avec nous."

Malgré des bruits de couloir de plus en plus forts, Vasseur n'a pas souhaité en dire davantage sur la possible venue de Bottas en 2022. Les deux hommes se connaissent bien puisqu'ils ont déjà collaboré en Formule 3 et en GP3, entre 2009 et 2011. "Ce n'est pas parce que j'ai de bons souvenirs avec Valtteri que je vais le mettre dans la voiture !" a-t-il plaisanté. "Il y a un nombre limité de places, un nombre limité de pilotes, et vous pouvez imaginer toutes les combinaisons différentes."

partages
commentaires
Les pilotes équipés par Mercedes doivent tous changer de moteur
Article précédent

Les pilotes équipés par Mercedes doivent tous changer de moteur

Article suivant

Qualifs - Verstappen en pole de justesse

Qualifs - Verstappen en pole de justesse
Charger les commentaires