Alguersuari : "J'ai refusé des offres par loyauté pour Red Bull"

Il y a un an, il signait des autographes dans la combinaison de Toro Rosso

Il y a un an, il signait des autographes dans la combinaison de Toro Rosso. Maintenant, comme essayeur pour Pirelli et commentateur BBC Radio, il s'occupe d'autres tâches. L’essentiel pour Jaime Alguersuari est de ne pas se faire oublier dans le paddock. L'espagnol est revenu sur le passé et ses rôles actuels pour le quotidien espagnol Marca.

Pilote Pirelli, commentateur à la BBC, DJ… On pouvait penser que vous étiez au chômage !

La vérité, c'est que j'ai plus de travail que ce que je ne l'imaginais, et j’en suis heureux. Tout s'est passé très vite l'année dernière, mais j'ai appris à attendre et choisir les bonnes choses pour mon retour en Formule 1.
Comment se sont passés les essais comme pilote Pirelli à Jerez ?

Ce fut trop rapide, parce que cela faisait 6 mois que je n'avais piloté une F1 et j'ai retrouvé les sensations. Mon travail consiste à examiner la dégradation, les températures, les problèmes de cloques… C'est une expérience unique.

La F1 est-elle épuisante ?

Assez. Maintenant, je peux faire mon travail, mais j'ai plus de perspective pour ma vie et mon futur.
Avant, c'était seulement aujourd'hui, aujourd'hui, aujourd'hui ! Bien sûr, ce fut une erreur de ne pas négocier avec d'autres équipes quand les opportunités se sont présentées à moi. J'ai eu tort de rejeter d'autres offres qui m'auraient ouvert un avenir, j'ai refusé par loyauté envers Red Bull.

Avez-vous reçu un appel de Red Bull après le licenciement ?

De la direction non, de l'équipe technique, oui.

La direction a dit que vous n'aviez pas les capacités pour être champion. Est-ce douloureux ?

C'est leur décision, je ne la partage pas. Le seul qui peut me juger aujourd'hui en Formule 1, et le seul qui me connait techniquement et professionnellement, c'est Giorgio Ascanelli (directeur technique de l'équipe). Il me connait à 100% en tant que pilote et en tant que personne. C'est le seul qui peut dire si oui ou non je peux être champion. Les autres manquent d'informations.

Et que dit-il?

Demandez lui !

La F1 donne généralement une seconde chance aux personnes qui le méritent.

Je suppose que oui, mais je ne sais pas ce qui se passera l'année prochaine ; cela ne m'obsède pas. Chez Toro Rosso, quand on me demandait de gagner une course, je savais que je ne pouvais pas le faire, c'était impossible. Je connaissais la structure, les méthodes et les personnes derrières, l'expérience de l'équipe, vous ne pouvez pas demander plus. C'est pour cela que je suis très fier de mon travail, je ne pense pas avoir échoué. J'ai beaucoup à prouver pour le futur.

Maintenant que vous êtes journaliste, sommes-nous si mauvais ?

Pas du tout, vous êtes nécessaire ! Les gens ont besoin de savoir ce qui se passe. C'est un travail compliqué parce que c'est un sport complexe, pas comme le football où tout se voit physiquement. Ici, tout est très compliqué et certaines choses sont difficiles à expliquer.

Pensez vous que Red Bull va revenir et écraser comme en 2011 ?

Je ne crois pas. C'est toujours très serré. Ce dimanche, il pourrait y avoir un cinquième vainqueur.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jaime Alguersuari
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités