Allison n'a pas voulu succéder à Wolff chez Mercedes

Toto Wolff est toujours en quête d'un successeur pour prendre un jour les rênes de l'écurie Mercedes. Un poste à haute responsabilité dont n'a pas voulu James Allison.

Allison n'a pas voulu succéder à Wolff chez Mercedes

En passe d'évoluer vers un rôle qui lui fera prendre plus de hauteur, James Allison n'a pas souhaité prendre un jour la succession de Toto Wolff à la tête de l'écurie Mercedes. La semaine dernière, l'écurie allemande a annoncé une importante réorganisation technique, qui prendra effet au début du mois de juillet. Directeur technique à Brackley depuis 2017, Allison quittera ses fonctions pour endosser le rôle nouvellement créé de directeur technique en chef, passant du même coup la main à Mike Elliott.

Lire aussi :

L'an dernier, Wolff a laissé planer le doute sur son avenir en tant que directeur de l'écurie Championne du monde, avant de finalement prolonger son contrat et de conserver les mêmes prérogatives à moyen terme. Il a toutefois toujours laissé entendre qu'il céderait sa place le moment venu. Un poste dont n'héritera donc pas Allison.

"Je dirais que si l'on regarde bien les choses, il serait absolument capable d'être le directeur d'équipe", explique Wolff au sujet d'Allison. "Les gens ont énormément de respect pour lui au sein de l'entreprise. Mais c'est très simple. Il a dit : 'Jamais, jamais je ne ferai ça. Être directeur d'équipe requiert des compétences différentes'. Et il a ajouté : 'Non merci, non'."

"James et moi échangeons plusieurs fois par jour. Et nous sommes totalement coordonnées dans la direction stratégique de Mercedes Motorsport et de Mercedes Grand Prix. Bien avant que nous ayons décidé du rôle de directeur technique en chef, il y a un an ou deux, nous avons discuté du futur rôle de directeur d'équipe chez Mercedes. Et il a été très clair sur le fait que ce n'était pas pour lui. Depuis ça, je réfléchis et j'observe ce qui se passe, je regarde qui fait du bon boulot. Et enfin je pourrai prendre du recul par rapport à cette folie !"

La force du groupe avant celle de l'individu

En attendant de trouver la perle rare qui lui succédera ainsi que le timing idéal, Wolff est convaincu par les changements décidés qui entreront en vigueur l'été prochain. L'évolution d'Allison et la promotion d'Elliott ont été mûrement réfléchies en ce sens.

"James est évidemment un atout énorme pour l'équipe", insiste-t-il. "Ce n'est pas qu'un ingénieur brillant, c'est aussi un leader. Il a une bonne compréhension et une bonne vision d'ensemble de ce qui se passe en F1, au-delà de l'aspect technique. C'est un sparring-partner pour moi quand il s'agit de discussions stratégiques ou politiques, et il est aussi de plus en plus impliqué dans les autres départements et programmes sportifs que nous avons. C'est pourquoi c'était presque une évolution logique d'en faire mon jumeau sur le plan technique, car je suis aussi à la tête de Mercedes Motorsport."

"Ça a du sens d'avoir un directeur technique pour l'ensemble des programmes sportifs. Je suis le PDG, il est le patron technique, et il a adoré cette idée. Nous avons donc travaillé dessus pendant un an. De l'autre côté, Mike Elliott m'a rejoint et il est arrivé de Renault, où il était directeur de l'aéro. J'ai eu d'excellentes relations avec lui durant toutes ces années. C'est un ingénieur extrêmement compétent et intelligent, quelqu'un qui a été un pilier fondamental dans les succès de l'équipe et qui est reconnu par tous au sein de l'entreprise. Je suis donc vraiment heureux qu'il devienne directeur technique. Ceci étant dit, nous avons un groupe tellement solide qu'il fait partie de ceux qui dirigeront l'équipe à l'avenir."

partages
commentaires
Alonso manque de confiance et ne cherche pas d'excuse

Article précédent

Alonso manque de confiance et ne cherche pas d'excuse

Article suivant

Russell s'est fait "une frayeur à la Maldonado"

Russell s'est fait "une frayeur à la Maldonado"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Mercedes
Auteur Basile Davoine