Accroché au départ, Alonso déplore un manque de réussite

Fernando Alonso a été le grand perdant du Grand Prix de Turquie. Parti cinquième, le pilote Alpine a été envoyé en tête-à-queue dès le départ et n'a pas pu faire de remontée.

Accroché au départ, Alonso déplore un manque de réussite

Ce dimanche en Turquie, et pour la première fois depuis le tristement célèbre Grand Prix du Japon 2014, Fernando Alonso prenait le départ depuis le top 5. Cependant, l'Espagnol n'est pas resté bien longtemps aux avant-postes : quelques mètres après le départ, l'AlphaTauri de Pierre Gasly a sous-viré vers le double Champion du monde et l'a envoyé en tête-à-queue, réduisant en fumée ses chances de décrocher un excellent résultat.

Si Gasly a été reconnu coupable et pénalisé pour cet incident, Alonso a également été épinglé par les commissaires quelques instants plus tard. Cherchant à remonter le plus rapidement possible, l'Espagnol s'est quelque peu précipité dans le deuxième tour et a percuté la Haas de Mick Schumacher, passant ainsi de victime à bourreau.

"Je pense que dans ces conditions, le premier virage est toujours difficile. Nous n'avons pas souvent été réunis au départ avec ces pneus et ce sont des choses qui peuvent arriver. Malheureusement, c'est arrivé lorsque nous étions dans le top 5", a-t-il commenté au sujet de son incident du départ avec Gasly.

Sur son contact avec Schumacher, le pilote Alpine a déclaré : "J'ai essayé de dépasser Mick, je pensais que j'étais à côté de lui mais, de toute évidence, je me suis décalé tardivement et nous nous sommes touchés. Malheureusement, il est parti en toupie et j'ai eu une pénalité. Je l'accepte, bien sûr. Je suis désolé d'avoir eu cet accrochage avec lui, évidemment c'est arrivé uniquement parce que j'étais [au fond du classement]. Je n'aurais pas dû être à cette position."

Les 56 tours suivants ont eu des airs de supplice pour Alonso puisque le pilote espagnol s'est retrouvé coincé derrière Daniel Ricciardo puis George Russell, sans possibilité de les dépasser, avant de rallier l'arrivée à une anonyme 16e place. Le pilote Alpine, qui n'a également pas pu capitaliser sur une éventuelle sortie de la voiture de sécurité, a pesté contre un manque de réussite chronique cette saison.

"Lorsque nous partons à l'avant, nous avons toujours la malchance d'être percuté et de rouler pendant 58 tours sans que rien ne se passe", a-t-il lancé au micro de DAZN. "À chaque fois que nous sommes derrière, il n'y a pas de drapeau jaune, pas de voiture de sécurité, rien du tout. C'était une course ennuyeuse. J'espère que nous pourrons nous qualifier aussi bien lors des prochaines courses et saisir notre chance, parce qu'aujourd'hui on nous l'a enlevée des mains."

"Ces courses sont des loteries. Il aurait été judicieux de changer le moteur ici, du moins c'est que nous avions pensé en regardant la météo. Mais comme nous nous sommes qualifiés dans le top 5, nous ne l'avons pas fait. Nous savions que cette course allait être une loterie mais cette année, à chaque fois que nous y jouons, nos chiffres ne sortent pas."

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

Hamilton : "Il n'est pas vrai de dire que je suis furieux"
Article précédent

Hamilton : "Il n'est pas vrai de dire que je suis furieux"

Article suivant

La F1 pourrait annuler tous les temps sous double drapeau jaune

La F1 pourrait annuler tous les temps sous double drapeau jaune
Charger les commentaires