Alonso : "Nous pouvons être la cinquième équipe"

Hors des points à Barcelone, Fernando Alonso retient surtout la confirmation des progrès d'Alpine en milieu de peloton.

Alonso : "Nous pouvons être la cinquième équipe"

Malgré une course difficile à titre personnel, lors de laquelle le pari stratégique de son écurie n'a pas fonctionné pour tenter d'accrocher la dixième place, Fernando Alonso estime quitter Barcelone avec les idées plus claires. Pour le double Champion du monde, la leçon essentielle de son week-end à domicile est que les progrès affichés par Alpine à Portimão n'étaient pas un coup d'épée dans l'eau puisqu'ils se sont confirmés en Catalogne, sur un circuit souvent considéré comme le juge de paix pour connaître le niveau d'une monoplace.

Brillant en qualifications, Esteban Ocon a connu les mêmes problèmes qu'Alonso en course mais a pu sauver les points de la neuvième place. Parti plus loin, depuis la dixième position, le pilote espagnol a également pâti du rythme moins bon de l'A521 sur les longs relais, tout comme de la stratégie à un seul arrêt. Un pari osé et non récompensé, mais assumé.

"C'était risqué, mais dans un sens, nous étions 11e aux alentours du 20e tour, quand tout le monde a commencé à s'arrêter", rappelle Alonso. "Nous devions répondre à Gasly, qui s'est arrêté au 23e ou 24e tour, mais après nous étions 11e et je crois que la meilleure manière de décrocher la dixième place était de prendre un risque, et nous en avons pris beaucoup. Ça n'a pas fonctionné aujourd'hui, car nos pneus étaient morts à la fin."

Lire aussi :

Après avoir quasiment perdu toute chance d'accéder au top 10, Alonso a finalement fait un deuxième passage par les stands pour finir au 17e rang. Néanmoins, alors qu'il insiste énormément depuis le début de la saison sur les progrès qu'il doit faire de son côté, il se félicite du bilan de ce Grand Prix et en retire un certain optimisme pour la suite de la saison.

"J'ai vraiment apprécié, d'abord parce que c'était Barcelone, mon Grand Prix à domicile, donc c'était un dimanche particulier", souligne-t-il. "Il n'y avait pas beaucoup de monde dans les tribunes, seulement 1000 personnes, mais il y avait un peu d'adrénaline en voyant les fans, et quand le speaker a prononcé mon nom avant la course. C'était bien plus spécial que lors des trois Grands Prix précédents, la course était sympa, avec beaucoup de bagarres et des stratégies différentes. Nous aurions adoré finir à une meilleure position et marquer des points, mais c'était impossible."

Le week-end est globalement positif. À Portimão, nous étions compétitifs, mais nous ne savions pas si ce n'était que là-bas, si ça venait du circuit. Nous sommes de nouveau compétitifs à Barcelone, donc attendons quelques Grands Prix, mais je pense que nous pouvons être la cinquième écurie derrière Ferrari et McLaren. Et c'est une bonne nouvelle, car lors des deux premiers Grands Prix, c'était plus difficile d'être en Q3. Il reste beaucoup de travail, il faut travailler aussi sur la stratégie, sur la compréhension des pneus, etc. Mais ce n'est pas une surprise ici. C'est un risque que nous avons pris car nous voulions marquer un point."

partages
commentaires
Alpine et Ocon freinés par le rythme de course et la stratégie
Article précédent

Alpine et Ocon freinés par le rythme de course et la stratégie

Article suivant

Condamné à défendre, Ricciardo s'est aussi "amusé" en Espagne

Condamné à défendre, Ricciardo s'est aussi "amusé" en Espagne
Charger les commentaires