Alonso : "Aucune garantie" que les top teams réussissent en 2022

Pour Fernando Alonso, la nouvelle réglementation technique de la F1 en 2022 pourrait réserver de nombreuses "surprises" une fois les monoplaces dévoilées lors des essais hivernaux.

Après avoir repoussé son entrée en vigueur d'une année en raison de la pandémie de COVID-19, la Formule 1 connaîtra enfin en 2022 la révolution technique attendue depuis plusieurs saisons désormais. Dans les grandes lignes, les nouvelles règles vont drastiquement changer l'allure des monoplaces afin de faciliter les luttes en piste et réduire l'impact des perturbations aérodynamiques sur les voitures suiveuses.

Dans un contexte où les F1 2021 sont en grande partie des monoplaces 2020 et où un plafond de dépenses a été mis en place pour contenir les coûts, beaucoup d'écuries ont d'ores et déjà fait le choix de basculer l'ensemble ou une grande partie de leurs ressources de développement sur le travail en vue de l'année prochaine. C'est particulièrement le cas pour les structures qui n'ont pas brillé ces dernières saisons et espèrent tirer parti d'un bouleversement de la hiérarchie.

Même si elle sort d'une victoire inattendue en Hongrie, c'est évidemment le cas pour l'équipe Alpine. Fernando Alonso s'attend pour sa part à des surprises au moment où les monoplaces effectueront leurs premiers tours de roue en début d'année prochaine. "Nous travaillons sur le projet de l'année prochaine mais il est encore très tôt et personne ne sait quels sont les chiffres, car vous n'avez pas de point de comparaison", a déclaré le double Champion du monde. 

"Donc, nous sommes tous un peu réalistes et nous attendons février parce que nous verrons beaucoup de surprises lorsque les voitures seront dévoilées au grand jour. Nous verrons différentes philosophies, nous verrons différentes idées et ce sera le moment d'être à l'affût et de réagir si nous voyons quelque chose d'intéressant."

Lire aussi :

L'Espagnol juge même qu'il n'y a aucune garantie de voir Mercedes et Red Bull, qui dominent la saison actuelle, réussir la transition vers cette nouvelle réglementation. "Je pense qu'il n'y a aucune garantie, pas le moindre feeling sur l'avenir d'une équipe, en gros. Même les meilleures écuries qui dominent le sport actuellement s'inquiètent à juste titre des nouvelles règles et de la façon dont elles interpréteront ces voitures."

"Ce que vous verrez l'année prochaine, lors des premières courses, ce sera la première année de ce règlement. En fin de compte, vous verrez les mêmes résultats pendant quatre ou cinq ans, comme nous l'avons vu : une équipe qui est dominante dès le début d'un nouveau règlement semble conserver cet avantage pendant des années ; [puis] tout se resserre de plus en plus, mais c'est toujours la même qui gagne."

"L'année prochaine sera donc intéressante, surtout pour les jeunes pilotes, qui devront décider de leur avenir. Parce que personne, aucune équipe, n'a la garantie d'être performant."

partages
commentaires
Il a fallu "redécouvrir les réglages parfaits" de la Mercedes
Article précédent

Il a fallu "redécouvrir les réglages parfaits" de la Mercedes

Article suivant

Albon ne s'est pas senti "éclipsé" avant sa première victoire en DTM

Albon ne s'est pas senti "éclipsé" avant sa première victoire en DTM
Charger les commentaires