Alonso brillant septième : "Nous n'étions pas à notre place"

Fernando Alonso a été l'auteur d'une superbe performance lors des Qualifications Sprint du Grand Prix de Grande-Bretagne en gagnant six positions au départ et en résistant pendant plusieurs tours aux assauts des McLaren.

Alonso brillant septième : "Nous n'étions pas à notre place"

Fernando Alonso, qui fêtera ses 40 ans dans quelques jours, a une nouvelle fois prouvé que son coup de volant ne subissait pas les effets du temps. Onzième sur la grille de départ des premières Qualifs Sprint de l'Histoire de la Formule 1, le double Champion du monde a fait le pari des pneus tendres, plus performants que les gommes mediums plébiscitées par le reste du peloton mais aussi moins endurantes.

À l'extinction des feux, l'Espagnol s'est faufilé entre ses adversaires pour remonter jusqu'à la cinquième place à la fin du premier tour, soit un gain de six positions. Néanmoins, l'Alpine A521 a rapidement montré ses limites et Alonso a été dans l'obligation d'offrir une défense tout aussi impressionnante que son départ pour contenir les McLaren de Lando Norris et Daniel Ricciardo. Mais celles-ci ont fini par trouver l'ouverture et le pilote espagnol a rallié l'arrivée à la septième place.

"C'était un départ très agressif, de la onzième à la cinquième place", a commenté Alonso sur DAZN F1. "En étant cinquième, nous n'étions pas vraiment à notre place. Nous étions trop lents et nous avons dû laisser filer les McLaren et nous concentrer davantage sur Sebastian [Vettel]. Demain, nous partirons septième. Dans des qualifications normales, nous serions partis onzième. Donc je suis satisfait."

Lire aussi :

Depuis le Grand Prix de Monaco, Alonso a gagné 16 positions dans le premier tour et n'en a perdues que deux (second départ du GP d'Azerbaïdjan et Qualifs Sprint inclus). L'Espagnol est l'un des pilotes maîtrisant le mieux l'art du départ et selon lui, tout n'est qu'une question de confiance au moment d'appuyer sur les freins.

"Dans beaucoup de courses, [les autres pilotes] freinaient assez tôt", a-t-il révélé. "À Bakou, je me souviens avoir doublé Carlos [Sainz] et Gasly par l'intérieur et lors des deux courses en Autriche, nous avons également doublé quelques voitures par l'intérieur. Nous avons plus de confiance dans le premier virage que certains de nos adversaires et nous avons tendance à en profiter."

"Dans les trois ou quatre premiers virages [des Qualifs Sprint], il y avait beaucoup d'action et nous avons gagné quelques positions. Ensuite, nous étions en train de surperformer et nous avons souffert un peu, les pneus rouges se sont davantage dégradés sur la fin et nous avons dû tenir bon."

En plus de son départ fulgurant, Alonso s'est également fait remarquer pour ses louvoiements dans les lignes droites afin de briser l'aspiration dont ont bénéficié successivement Norris, Ricciardo et Vettel. Une manœuvre flirtant avec les limites de la réglementation mais nécessaire compte tenu du déficit de puissance en ligne droite dont souffre Alpine depuis le début de la saison, comme l'a expliqué Alonso.

"Nous avons peu d'énergie d'habitude, nous souffrons beaucoup sur les circuits rapides. Lorsqu'une voiture rapide est derrière nous dans une ligne droite, nous ne pouvons pas nous défendre. Parfois, c'est presque mieux de les laisser passer très tôt plutôt que de trop défendre parce que vous finissez par entrer dans un cercle vicieux où vous videz la batterie beaucoup trop tôt "

partages
commentaires

Related video

Pérez à la faute : "J'ai juste perdu le contrôle"

Article précédent

Pérez à la faute : "J'ai juste perdu le contrôle"

Article suivant

Leclerc "plus fatigué" qu'après un Grand Prix

Leclerc "plus fatigué" qu'après un Grand Prix
Charger les commentaires