Alonso - Ce n'est plus 2007, ce n'est plus Mercedes et Jenson n'est pas Lewis

En 2007, Lewis Hamilton fut le témoin privilégié d'une année compliquée pour Fernando Alonso chez McLaren

En 2007, Lewis Hamilton fut le témoin privilégié d'une année compliquée pour Fernando Alonso chez McLaren. Le Britannique faisait alors ses débuts en F1 et sa rivalité naissante avec le double Champion du Monde avait accouché d'un duel tout aussi insoutenable que dramatique, puisque l'écurie de Woking avait tout perdu lors du dernier Grand Prix au profit de Kimi Räikkönen et de Ferrari.

La relation entre Hamilton et Alonso cette saison-là fut régulièrement mise en avant, mais les deux hommes ont rapidement fait disparaître les tensions au fil des années suivantes, après le départ du pilote espagnol. En revanche,

les relations tortueuses entre Alonso et McLaren

étaient bien plus intrigantes, et cristallisent encore aujourd'hui des interrogations alors que le natif d'Oviedo est de retour chez McLaren.

Pour Hamilton, il ne fait aucun doute que cette nouvelle expérience pour Alonso chez McLaren sera totalement différente. Le nouveau Champion du Monde en titre estime que la maturité de son ancien coéquipier fait de lui un autre homme, sans faire allusion à l'affaire du Spygate qui a également marqué son premier passage dans l'écurie.

"C'est une décision intéressante pour l'équipe, mais je lui souhaite le meilleur", affirme Hamilton, sacré cette année chez Mercedes. "Ce sera une nouvelle expérience pour eux. Fernando a énormément grandi durant toutes ces années, à la fois en tant que pilote et sur le plan de la maturité. Ayant eu cette expérience précédemment avec Ron, il aura sans aucun doute une bien meilleure idée de tout ça et ne sera pas dans une situation difficile comme la dernière fois."

Une unité au nom de l'intérêt commun

Depuis que son retour a été officialisé jeudi, Alonso a quant à lui éteint l'incendie lorsque les questions portaient sur ses relations passées difficiles avec Ron Dennis. "Depuis 2007, les années passant, les choses ont été un peu exagérées", assure-t-il. "Ce n'était pas la meilleure sensation en 2007. Nous étions arrivés avec une bonne motivation et nous nous battions pour le championnat, mais au final nous nous étions séparés pour différentes raisons."

Alonso confirme le sentiment de Hamilton sur les leçons qu'il compte tirer du passé pour mener jusqu'au succès sa nouvelle collaboration avec McLaren et Honda.

"Maintenant, sept ans plus tard, avec plus de maturité, on apprend les choses et on comprend probablement ce que l'on ne comprenait pas à 25 ans", souligne-t-il. "Ron et moi avons beaucoup parlé pendant l'année, nous avons dîné quelques fois ensemble. Vous savez, nous avons tous les deux compris que nous étions chacun très compétitif, nous aimons la course automobile, bien plus que le fait d'être parfois en désaccord."

L'ancien pilote Ferrari ne manque pas toutefois de souligner que beaucoup de choses ont changé depuis son premier passage chez McLaren, à commencer par l'identité de son coéquipier et le motoriste qui collabore avec l'équipe. Une manière de faire comprendre que la volonté et l'importance de Honda étaient plus importantes que le simple nom de McLaren ?

"Il est temps de penser à l'avenir, et d'être heureux et compétitif", insiste-t-il encore. "C'est ce que nous voulons avec ce partenariat. D'un autre côté, ce n'est plus comme 2007 : ce n'est plus McLaren-Mercedes, c'est McLaren-Honda, ce qui est complètement différent à mon avis. Jenson n'est pas Lewis, ce qui est complètement différent, et je ne suis pas le même qu'en 2007."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Lewis Hamilton
Équipes McLaren , Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités