Alonso : La compétence, l'argent et l'image de Honda sont en jeu

partages
commentaires
Alonso : La compétence, l'argent et l'image de Honda sont en jeu
Jose Carlos de Celis
Par : Jose Carlos de Celis
12 mai 2017 à 17:56

Victime d’une nouvelle défaillance de son moteur Honda, Fernando Alonso a connu un roulage très limité ce vendredi, et une nouvelle frustration…

Fernando Alonso, McLaren MCL32, s'arrête avec des soucis moteur
Pneus Pirelli de McLaren sous les couvertures chauffantes
Des fans et une bannière pour Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL32 s'arrête en piste
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren
Nouvelle identification du pilote sur la voiture de Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren
La voiture de Fernando Alonso, McLaren MCL32 est ramenée aux stands
Un portrait de Fernando Alonso, McLaren, fait en Rubik's Cubes
Fernando Alonso, McLaren MCL32 s'arrête en piste
Fernando Alonso, McLaren MCL32 s'arrête en piste
Fernando Alonso, McLaren MCL32 s'arrête en piste

À l’évidence, la situation de l’Espagnol est en elle-même déjà suffisamment catastrophique sur le plan sportif pour que le moindre problème supplémentaire ne soit plus vu que comme l’énième goutte qui tombe dans un vase qui a déjà débordé depuis longtemps.

Comme souvent, les problèmes ne se sont pas faits attendre et la MCL32 d’Alonso n’a même pas pu terminer son troisième virage avant de partir en glisse et de s’immobiliser hors piste, le moteur fumant et l’huile ruisselant à l’arrière de la monoplace.

Une situation qui finit par produire chez le double Champion du monde, futur pilote des 500 Miles d’Indianapolis, des réponses calmes mais teintées de toutes les émotions accumulées depuis plus de deux saisons. Ainsi, quand il lui est demandé ce qui a causé le problème, il lâche : "Eh bien, le moteur n’était pas assez bon."

Puis de préciser : "Nous sommes sortis de la ligne des stands et il y avait un trou dans le moteur, et l’huile sortait, donc le moteur a explosé après 400 mètres. J’imagine qu’il n’était pas prêt pour les EL1."

Parfaire sa condition physique

Un problème technique survenu tôt, ce qui a permis à Alonso de parfaire sa condition physique par la suite, en s’offrant notamment une partie de paddle tennis après un retour à l’hôtel : "C’était ma décision [de revenir à l’hôtel]."

"J’ai eu peu de temps ces dernières semaines pour m’entraîner avec les voyages, donc quand j’ai eu la confirmation que j’avais deux heures de libre, au lieu de rester là dans le canapé à regarder la télévision, je me suis un peu entraîné. Mon implication est toujours à 100% au niveau de ma condition physique et de ma préparation."

"Ce n’était pas de l’humour ou une chose amusante de quitter le circuit pour jouer au tennis, c’était juste une préparation. Les gens se sont probablement trompés [en pensant] que je suis parti pour m’amuser et oublier la piste, c’était seulement de l’implication complète dans mon travail afin d'être en forme pour les EL2."

De retour en piste pour les Essais Libres 2 justement, le pilote McLaren a connu une après-midi forcément compliquée, avec 21 tours bouclés et le dernier temps, mais se veut positif : "Nous avons eu quelques problèmes. D’abord, il faut calibrer le moteur quand on installe une nouvelle unité de puissance, donc lors des premiers relais, c’était un peu inconstant au niveau de la puissance. Évidemment, nous manquions de temps, donc nous avons mis le train de pneus quand tout n’était pas correctement calibré."

"À la fin de la séance, quand nous avons mis l’essence et roulions dans les mêmes conditions que tout le monde, nous faisions plus ou moins les temps attendus, proches de nos principaux concurrents pour la course, donc je suis confiant dans le fait que demain, quand nous mettrons tout ensemble, nous serons dans une position plus ou moins compétitive, et avec un peu de chance, nous pourrons être proches de l’objectif de Q3 et des points dimanche."

Frustration

Quand il lui est demandé à quel point la situation est frustrante, il répond : "Évidemment, ce n’est pas idéal, mais c’est mieux [d’avoir ces problèmes] le vendredi que le dimanche. Nous n’avons toujours pas fini de course cette année, mais nous avons toujours eu des bons vendredis et samedis, et le dimanche nous ne finissons pas la course. Donc j’ai le sentiment que cette fois, nous aurons un mauvais vendredi et de bons samedi et dimanche, donc je reste positif."

Paradoxalement, et alors qu’il avait déjà dû renoncer à la course du Grand Prix de Russie dès le tour de formation, l’Espagnol a gardé son calme après ce nouveau souci : "D’une certaine façon, ce n’est pas une surprise. […] Nous n’avons pas pu terminer le tour de formation le dimanche [à Sotchi] et ici, nous n’avons pas réussi à terminer le tour de sortie. C’était plus ou moins attendu d’avoir ces problèmes, mais c’était dommage parce qu’ici, devant le public à domicile, c’est frustrant."

Quand il lui est demandé ce qu’il pourrait dire à Honda pour que ces problèmes soient réglés, il répond : "Le truc c’est que ce n’est pas ma carrière, ce n’est pas ma compétence, ce n’est pas mon image. C’est leur compétence, c’est leur argent et c’est leur image. J’essaie de soutenir l’équipe et j’essaie de piloter aussi vite que je peux, mais le problème, je pense qu’il n’est pas entièrement mien, c’est plus le leur."

Prochain article Formule 1
GP d'Espagne - Les 25 meilleures photos de vendredi

Previous article

GP d'Espagne - Les 25 meilleures photos de vendredi

Next article

Jean Todt candidat à un troisième mandat de président de la FIA

Jean Todt candidat à un troisième mandat de président de la FIA

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Espagne
Lieu Circuit de Barcelona-Catalunya
Pilotes Fernando Alonso Shop Now
Auteur Jose Carlos de Celis
Type d'article Actualités