Alonso a clarifié son commentaire sur le "côté obscur" de la F1

Fernando Alonso a tenu à clarifier ses déclarations évoquant le fait de courir du "côté obscur" au sujet de son départ des Qualifications Sprint à Silverstone.

Alonso a clarifié son commentaire sur le "côté obscur" de la F1

Fernando Alonso a été l'une des stars des Qualifications Sprint du samedi au Grand Prix de Grande-Bretagne, en gagnant six positions dans le premier tour, passant ainsi de la 11e place sur la grille à la cinquième. S'il a plus tard perdu deux des positions gagnées, il a tout de même signé un très bon résultat en terminant septième, place à laquelle il a démarré la course de dimanche.

Pendant la course sprint, le double-Champion du monde a été averti pour avoir bougé au freinage en défense. Juste après l'épreuve, il a affirmé qu'il ne changerait pas d'approche, qui serait "la même pour le reste de l'année", ajoutant qu'il serait désormais "du côté obscur".

Lire aussi :

Interrogé sur ces mots après la course de dimanche, Alonso assure qu'il ne voulait pas dire qu'il serait plus agressif, mais qu'il flirterait avec les limites des règles, après avoir été frustré par l'absence de décision des commissaires sur des incidents au départ du GP d'Autriche deux semaines auparavant.

"J'ai toujours été un pilote propre, et je le resterai tout au long de ma carrière. Je pense que je suis [l'un des] rares à ne pas avoir de points [de pénalité] sur la licence. Mais ce à quoi j'ai fait référence [samedi], c'est que je me suis senti un peu comme un idiot en Autriche en respectant les règles. Et quand on essaie de parler avec le directeur de course [Michael Masi], et on essaie toujours de parler ou de reprocher toutes les choses que les gens faisaient, on n'a pas beaucoup de réponses. C'était étrange."

"Donc, je ne veux pas accuser ou pleurer à chaque course pour quelque chose que les autres font. La stratégie dans les premières courses ne donnait aucune solution, ou ne nous apportait aucune solution. Nous avons donc compris que la solution était de faire ce que les autres font. C'est la seule chose que nous pouvons faire."

Lire aussi :

L'incident en Autriche a vu Daniel Ricciardo sortir large au virage 1 lors du premier tour, lui permettant de rester devant Alonso, ce qui a poussé le pilote Alpine à demander qu'il rende un certain nombre de positions. L'Espagnol a déclaré en Autriche qu'il s'était "senti bête" car il était "le seul à prendre le virage", tandis qu'aucune mesure n'a été prise contre Ricciardo.

"Nous avons essayé d'être justes et nous avons essayé de dire à l'arbitre : 'Écoutez, vous savez, ils jouent avec leurs mains dans la surface de réparation'", a déclaré Alonso à Silverstone. "Mais si l'arbitre ne fait rien, nous comprenons que nous pouvons aussi jouer avec les mains dans la surface de réparation. Alors nous le faisons."

"Nous aimerions ne pas avoir à le faire. Mais apparemment, comme certaines choses sont autorisées en Formule 1 aujourd'hui, nous les copions. Et nous n'avons plus l'impression de faire un autre sport. Donc il n'y a pas de côté obscur. Nous jouons simplement avec les mêmes règles que tout le monde."

Avec Oleg Karpov

partages
commentaires
Mick Schumacher devrait avoir un nouveau baquet en Hongrie

Article précédent

Mick Schumacher devrait avoir un nouveau baquet en Hongrie

Article suivant

Droits de l'Homme : le promoteur du GP d'Arabie saoudite a parlé aux pilotes

Droits de l'Homme : le promoteur du GP d'Arabie saoudite a parlé aux pilotes
Charger les commentaires