Alonso veut les données du moteur Renault avant de décider

Fernando Alonso cherchera à en savoir plus sur les projections du nouveau tandem McLaren-Renault avant de prendre une décision définitive quant à sa présence dans l'équipe en 2018.

En arrivant à Singapour, Fernando Alonso avait fait savoir qu'il voulait se montrer "loyal" envers McLaren et attendre la décision de l'équipe quant à sa motorisation 2018 pour ensuite régler sa situation personnelle. Vendredi, l'accord entre l'écurie de Woking et Renault a été officialisé, mais il faudra encore patienter pour savoir si le pilote espagnol sera l'an prochain au volant d'une monoplace équipée du bloc de Viry-Châtillon.

Si le divorce avec Honda et le recours à une unité de puissance plus performante semble être la clé pour convaincre le double Champion du monde de rester, celui-ci veut toutefois prendre le temps d'étudier la situation, et plus particulièrement les projections techniques de la nouvelle association McLaren-Renault.

"Nous verrons. Je n'ai pas les données par rapport à ce que Renault attend et aux améliorations qui sont prévues pour l'année prochaine", précise Fernando Alonso. "Donc après la course [à Singapour], j'essaierai de découvrir ça et d'être en contact avec eux pour en savoir plus quant à leurs projets, et à partir de là je prendrai une décision."

Une certaine confiance en McLaren

Avant même l'annonce officielle de la nouvelle alliance, Renault a déjà pu échanger avec McLaren sur certains points, ce qu'a confirmé vendredi Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing. Néanmoins, Fernando Alonso a indiqué n'avoir pas pu encore être impliqué dans ces prémices de la nouvelle collaboration.

"Non, je n'ai pas d'informations", assure l'Espagnol. "J'ai juste reçu la nouvelle que vous avez tous eue, et désormais, après Singapour, j'essaierai d'en savoir un petit plus au sujet du projet, du moteur Renault, des attentes pour l'année prochaine, car pour le moment, je ne sais rien du tout."

Tout au long des dernières semaines, Fernando Alonso n'a cessé de clamer que le seul problème, la seule chose à changer pour McLaren, était l'unité de puissance Honda. Derrière les mots durs qu'il pouvait employer, la réalité serait-elle cependant moins évidente qu'un simple changement de moteur ? Le discours de l'ancien pilote Ferrari a semble-t-il évolué, et rien n'est garanti selon lui.

"On ne sait jamais si c'est le bon ou le mauvais changement pour l'équipe", lance-t-il. "Mais je crois vraiment que si McLaren pensait que c'était le moment de se séparer de Honda et choisir Renault, c'est parce qu'ils ont de bonnes informations pour l'année prochaine, et j'espère que ça placera à nouveau McLaren là où il se doit, c'est-à-dire à la lutte pour les podiums et pour les titres."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso
Équipes McLaren
Type d'article Actualités
Tags avenir, moteur, renault, saison 2018