Alonso échappe à la pénalité au GP de Turquie

Fernando Alonso ne sera pas pénalisé sur la grille de départ pour une infraction sous double drapeau jaune, les commissaires l'ayant blanchi au GP de Turquie.

Après convocation par les commissaires du Grand Prix de Turquie à la suite d'une infraction présumée sous double drapeau jaune pendant les qualifications, Fernando Alonso est ressorti sans pénalité. L'Espagnol, qualifié sixième mais qui s'élancera cinquième en raison de la pénalité consécutive à un changement de pièce sur le moteur de Lewis Hamilton, n'a pas été jugé coupable par les officiels de l'épreuve.

Les faits se sont déroulés en début de séance, au moment où les premiers temps ont été fixés. L'incident qui a déclenché des drapeaux jaunes était a priori un tête-à-queue pour Sebastian Vettel. Or, alors qu'il entrait dans la zone de l'incident, Alonso a inscrit un premier tour chronométré relativement compétitif et a donc été soupçonné de ne pas avoir suffisamment ralenti ce faisant. En réalité, après vérification, son ralentissement a été jugé suffisant, excluant toute infraction de sa part à l'article 2.5.5. b) de l'Annexe H du Code Sportif International de la FIA.

"Il était évident que le pilote s'est plié aux exigences de réduction significative de vitesse après la sortie des doubles drapeaux jaunes et s'est en conséquence conformé aux provisions de l'article 2.5.5. b) du Code Sportif International", peut-on lire dans la décision des commissaires. "Néanmoins, le point 7.1 des Notes du Directeur de course exige que les pilotes ne signent pas de temps significatif dans une situation de double drapeau jaune."

"Tenant compte du fait que la situation de drapeau jaune est intervenue au moment où le pilote débutait son premier tour de la séance et notant que le pilote était pleinement convaincu de ne pas avoir signé un temps au tour significatif car son tour chronométré suivant était approximativement 3,5 secondes plus rapide que celui où la situation de drapeau jaune est survenue, les commissaires sont satisfaits que le pilote ait respecté les règles pertinentes et n'infligent aucune sanction."

La cinquième place est la meilleure position de départ d'Alonso en Formule 1 depuis le funeste Grand Prix du Japon 2014. Il pilotait à l'époque pour Ferrari et avait abandonné au bout de deux tours sur problème technique, lors d'une épreuve très pluvieuse débutée sous Safety Car et bien entendu marquée par l'accident très grave de Jules Bianchi.

Lire aussi :

partages
commentaires
Bottas : "On ne m'a pas demandé de ralentir"

Article précédent

Bottas : "On ne m'a pas demandé de ralentir"

Article suivant

GP de Turquie F1 - Programme TV et guide d'avant-course

GP de Turquie F1 - Programme TV et guide d'avant-course
Charger les commentaires