Alonso espère que Renault pourra confirmer à Istanbul

Le Grand Prix d'Espagne aura notamment été marqué par le retour aux affaires de Renault, illustré par la surprenante première ligne de Fernando Alonso en qualifications

Le Grand Prix d'Espagne aura notamment été marqué par le retour aux affaires de Renault, illustré par la surprenante première ligne de Fernando Alonso en qualifications.

En course, le double champion du monde avait un rythme proche des leaders, avant de devoir renoncer sur casse moteur.

Alonso espère cependant que ce regain de forme n'est pas passager mais reste optimiste quant aux capacités de son équipe à prouver qu'elle a vraiment fait un grand pas en avant.

"Je l'espère. C'est ce que nous espérons parce que nous savions que la voiture était meilleure et nous avons amélioré la R28 avant Barcelone mais elle était meilleure que prévu. Le rythme que nous avions en Espagne était une bonne surprise donc nous ne voulons pas penser que c'était juste une course spéciale et que le circuit convenait à notre voiture."

"Nous voulons confirmer le rythme ici en Turquie et de toute façon, la position n'est pas aussi bonne que nous le souhaitons car nous nous battons toujours pour la septième place et les trois meilleures équipes sont toujours un peu devant nous," a précisé l'espagnol.

"Mais si nous confirmons cette performance, c'est un bel accomplissement parce que nous sommes proches. La prochaine nouveauté que nous introduirons sur la voiture peut nous propulser dans la bataille pour le top 3 donc espérons pouvoir confirmer cette performance."

Alonso a également expliqué que suite aux récentes améliorations apportées à la R28, elle est plus facile à piloter et que de ce fait, le risque de partir à la faute à son volant est moindre. Mais il reste encore beaucoup de travail à accomplir par les hommes de Renault, ce que le natif d'Oviedo ne nie pas.

"C'est comme conduire avec plus d'appuis, vous n'avez pas autant de patinage et dans les virages, ça parait plus simple à conduire et vous faites moins d'erreurs parce que la voiture a plus d'adhérence. Il nous faut encore travailler pour rattraper les meilleurs mais c'est évidemment plus simple maintenant qu'il y a trois semaines."

Il y a quinze jours, au départ du Grand Prix de Barcelone, Alonso a semblé en difficulté face aux Ferrari. Felipe Massa a en effet rapidement pris le dessus sur le pilote Renault.

Alonso a toujours porté beaucoup d'attention aux départs et estime que Ferrari est clairement au-dessus du lot dans ce domaine.

"Ouais, malheureusement nous savions que les Ferrari démarraient bien mieux que nous. Nous avons fait quelques calculs après la course et nous avons déjà vu sur les trois premières épreuves que la Ferrari était la meilleure voiture au départ. Pour être honnête, je pense que j'avais trop de patinage à Barcelone."

"Après les 30-40 premiers mètres, ils étaient bien et je patinais un peu trop et j'ai perdu toute accélération à partir de là. C'est un point sur lequel nous avons besoin de travailler, et c'est le cas pour toutes les équipes, sauf Ferrari," a-t-il expliqué.

"Mon départ, comparé à Kubica, Hamilton et d'autres était à peu près identique et les deux seuls gars qui ont démarré mieux que les autres étaient les deux pilotes Ferrari, donc il nous faut améliorer ce domaine."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso , Felipe Massa
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités