Alonso : "Pas frustrant" mais "il était temps de dire au revoir"

partages
commentaires
Alonso :
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
26 août 2018 à 07:00

17e des qualifications belges, Fernando Alonso prendra le départ du GP de Belgique depuis une triste 15e place sur la grille, à la faveur des pénalités reçues par Bottas et Hülkenberg. Impressions brutes du futur retraité de la F1.

L'aspiration a fonctionné dans le premier secteur mais vous en aviez encore besoin dans le dernier…

Oui, et dans celui du milieu aussi ! Nous faisons ce que nous pouvons mais comme je l'ai toujours dit, j'ai aussi donné de l'aspiration toute ma vie chez Ferrari, et chez McLaren. Je joue toujours le jeu de l'équipe.

Qu'est-ce que ces qualifications signifient pour la course ?

Nous n'avons pas de grandes attentes. Nous avons vu comment les essais libres se sont déroulés et nous savions que ce seraient des qualifications compliquées. Mais nous avons été dans cette situation sur d'autres Grands Prix, puis le dimanche, nous essayons d'inscrire des points et nous allons essayer de faire cela de nouveau demain. Mais nous savons qu'ici comme à Monza, ce sera compliqué, et il faudra faire de notre mieux ici puis attaquer à Singapour et d'autres circuits qui nous conviennent mieux.

Est-ce que le fait que ce soit la même histoire que l'an dernier a affecté votre décision de quitter la F1 ?

Pas du tout ! La décision est indépendante des résultats. En 2004, Schumacher a remporté le championnat en Hongrie, au milieu de l'été, et nous avons continué jusqu'à la fin. Cela n'a rien à voir avec les résultats. Je suis enchanté par ce que j'ai accompli. Un petit garçon d'Oviedo, double Champion du Monde, et 17 ans plus tard, je vais faire quelque chose de différent.

Mais c'est certainement décevant…

Oui, nous avons perdu un peu de performance sur les deux dernières courses et en plus de cela, nous savons que Spa et Monza seront des circuits assez difficiles pour nous en termes de package. Nous essayons malgré tout d'inscrire des points dans chaque difficulté, et nous sommes huitièmes au championnat ; donc pourquoi pas encore inscrire des points dimanche de nouveau ?

Lire aussi :

Comment se sont passées vos dernières qualifications ici, dans une F1 ?

C'était bon. C'était incroyable. Je pense que ces voitures donnent un ressenti de rapidité, d'adhérence, et le tour était plaisant. Bien entendu, quand vous franchissez la ligne, le temps au tour est plus lent que celui de certains rivaux et nous devons nous rattraper en course, mais j'ai apprécié et suis heureux.

Est-il frustrant de voir McLaren comme cela ?

Pas frustrant. Je pense que c'est la position à laquelle nous appartenons actuellement, et là où nous nous attendions à être. Comme je l'ai dit, la semaine prochaine, ce sera la même chose à Monza. On ne peut pas y faire grand-chose. Puis à Singapour, peut-être que nous serons dans les top 7 ou top 8. Cela dépend de la surface. Nous allons essayer de nous défendre sur les circuits les plus difficiles et d'attaquer sur les plus favorables.

Pourquoi est-ce difficile pour votre auto ici ?

Parce que nous avons une mauvaise efficience.

Cela n'est pas encore plus convaincant pour partir ?

Non, je n'ai pas pris ma décision du fait d'être en Q3 ou en Q1. J'ai pris la décision parce que j'ai passé 17 années fantastiques en F1 et que j'ai remporté deux Championnats du monde et qu'il y a encore des choses dont je rêve de quand j'avais commencé, et je pense que c'est maintenant le moment. Je vais tenter de faire de mon mieux pour inscrire des points et aider l'équipe à assurer une bonne position au championnat des constructeurs et aussi développer l'auto pour l'année prochaine.

Mais si vous remportiez des courses, vous ne voudriez certainement pas partir…

Probablement pas, c'est certain. Cela changerait la situation, mais ces quatre ou cinq dernières années, il n'y a eu qu'une auto qui a remporté le championnat, et les 19 autres pilotes sont dans la même position. Certains d'entre eux sont jeunes et doivent encore prouver des choses et espèrent sur le podium ; ce genre de choses. Pour moi, il était temps de dire au revoir.

Lire aussi :

Prochain article Formule 1
Les duels en qualifications après Spa

Previous article

Les duels en qualifications après Spa

Next article

Mercedes joue aux échecs pour placer Ocon chez McLaren

Mercedes joue aux échecs pour placer Ocon chez McLaren
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Catégorie Qualifications
Pilotes Fernando Alonso Shop Now
Équipes McLaren Shop Now
Auteur Guillaume Navarro
Type d'article Interview