Formule 1
14 août
Événement terminé
28 août
Événement terminé
04 sept.
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
C
GP de l'Eifel
11 oct.
Course dans
17 jours
23 oct.
Prochain événement dans
29 jours
31 oct.
Prochain événement dans
37 jours
13 nov.
Prochain événement dans
50 jours
04 déc.
Prochain événement dans
71 jours
C
GP d'Abu Dhabi
11 déc.
EL1 dans
78 jours

Alonso : GP2 engine ? "Je n'aurais peut-être pas dû dire ça"

partages
commentaires
Alonso : GP2 engine ? "Je n'aurais peut-être pas dû dire ça"
Par :

Fernando Alonso reconnaît qu'il n'aurait peut-être pas dû qualifier l'unité de puissance Honda de "moteur de GP2" en 2015, même s'il ne désarme pas sur les raisons qui l'ont poussé à le faire.

Même s'il s'en défend, Fernando Alonso est un pilote éminemment politique et qui manie la communication comme une arme tout autant pour faire passer des messages que pour protéger sa réputation et son statut. Certaines déclarations sont restées dans les mémoires, comme récemment après sa première victoire aux 24 Heures du Mans, où le succès en LMP1 se jouait entre les deux Toyota, dans une catégorie désertée par Audi et Porsche : "Il y a eu beaucoup plus d'opposition cette année. Je place cette victoire à un niveau plus élevé que n'importe quelle autre victoire au Mans." 

Mais d'aucuns peinent à s'amuser des sorties d'Alonso, quand bien même elles sont faites dans un cadre censé être plus intimiste. Ainsi, cinq années après, Honda n'a que très peu goûté à la fameuse communication radio du Grand Prix du Japon 2015 quand, dépassé en ligne droite par une Toro Rosso, l'Espagnol avait lancé "GP2 engine ! GP2 ! Ahhh !" concernant l'unité de puissance nippone, qui avait depuis bien longtemps démontré un manque de performance et de fiabilité.

Lire aussi :

"Cela est venu en raison de la frustration et je n'aurais peut-être pas dû dire ça, mais je ne l'ai pas dit dans le carré TV ou en conférence de presse", lance Alonso pour F1 Racing, tout en pouvant difficilement ignorer qu'un tel message risquait d'être repris par la réalisation TV, surtout à Suzuka. "Je parlais à mon ingénieur dans le cadre d'une conversation privée. Elle n'était pas censée être publique."

"Mais le moteur était très mauvais. La première année, à Jerez, en quatre jours nous avions fait sept tours [79 en réalité, ndlr]. Maintenant, Honda a gagné une course, et j'ai reçu beaucoup de messages qui disaient 'le moteur de GP2 gagne désormais, ça doit être un jour triste pour toi'. Je suis très heureux, mais le moteur que j'avais dans la voiture n'était pas le même que celui qui a gagné au Brésil [ainsi qu'en Autriche et en Allemagne l'an passé]."

"Si un pilote de pointe, aujourd'hui, connaissait les performances que j'ai connues, je n'imagine même pas ce qu'il dirait. En 2015, je me battais en permanence pour sortir de Q1 et j'ai eu 575 places de pénalité. J'ai dit des choses que je pensais et que je croyais. C'est parce que je crois que ces choses sont la vérité. Parfois, je peux me tromper. Mais, dans ce que je fais, je ne vois rien que les autres ne font pas. Je ne lis pas de choses supplémentaires sur ce que disent d'autres, mais je vois des montagnes et des montagnes de choses au sujet de ce que je déclare..."

Lire aussi :

Le revers de la médaille, sans doute, d'une communication qui a toujours visé à faire surnager Alonso au-dessus de tout le reste, même quand l'édifice complet d'une écurie s'écroulait autour de lui. Le cas s'est d'ailleurs présenté avec Ferrari en 2013, lorsqu'il avait été cité déclarant que pour son anniversaire il souhaiterait avoir "la voiture de quelqu'un d'autre". Une saillie verbale qui avait mis Luca di Montezemolo, alors président de la marque italienne, en rage.

"Non, j'ai dit que je voulais la voiture la plus rapide", assure Alonso. "J'étais 0,8 seconde plus lent dans la Ferrari et la TV italienne a demandé si j'avais un vœux pour mon anniversaire et j'ai dit 'avoir la voiture la plus rapide'. Les gros titres le jour suivant disaient que je voulais une Red Bull. Alors, oui, assurément, car c'était la voiture la plus rapide, mais je ne voulais pas peindre la Ferrari en bleu. Il y a une différence. Je voulais un effort supplémentaire car nous nous battions pour le championnat. Massa disait la même chose, ou encore pire."

Renault a démarré le moteur de la R.S.20

Article précédent

Renault a démarré le moteur de la R.S.20

Article suivant

Grosjean : "Parfois des images vous collent à la peau, ce n'est pas grave"

Grosjean : "Parfois des images vous collent à la peau, ce n'est pas grave"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso
Auteur Fabien Gaillard