Alonso - Le modèle Valentino Rossi ; le plaisir avant la victoire

Fernando Alonso estime être actuellement dans la meilleure forme de sa vie malgré le fait d’arriver dans la dernière partie de sa carrière F1.

Alonso - Le modèle Valentino Rossi ; le plaisir avant la victoire
Fernando Alonso, McLaren Honda
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren sur la grille
Valentino Rossi
Fernando Alonso, McLaren

Le pilote espagnol indique puiser de l’inspiration dans le parcours durable et performant de Valentino Rossi, qui a dû attendre un bon moment pour retrouver une moto compétitive en dépit de son statut incontesté dans le paddock.

Âgé de 35 ans, et actuellement dans sa 15e saison en GP, Alonso dit ne pas se sentir dans les bottes d’un vétéran du plateau commençant à perdre la forme.

Il faut dire que le double Champion du Monde est accompagné du pilote le plus expérimenté du plateau à ses côtés chez McLaren en la personne de Jenson Button, et que les autos contemporaines représentent un défi physique et mental bien différent à mener que celui créé par des monoplaces pilotées il y a 10 ans. L’Espagnol est d’ailleurs l’un des premiers à répétitivement regretter cette époque où le pilote était poussé dans un autre type de limites.

"Je ne pense pas que mon temps en F1 soit révolu", estime-t-il. "Je pense que je pilote à mon meilleur niveau actuellement et que j’ai la connaissance des voitures ainsi que de la situation technique me permettant de pousser l’auto encore un petit peu plus à la limite. Je suis très calme au sujet de la situation, et dispose d’un contrat avec l’équipe pour la saison prochaine".

Alonso croit en sa capacité à venir se mêler à la lutte pour le titre mondial des pilotes si sa voiture réalise un bond en avant l’an prochain, et se base sur les performances de Valentino Rossi pour illustrer cette croyance.

"Même si pendant des années, tu ne te bats pas pour le championnat mais que tu continues, continues, continues, tu sais que tôt ou tard tu pourras montrer ton talent, comme Valentino le fait maintenant."

"C’est une forme d’inspiration pour nous. Il faut croire en soi. Tu seras là lorsque tu disposeras de la moto ou de la voiture qui a des performances de premier plan".

Les règles 2017 dicteront la fin de carrière

Alonso insiste par ailleurs sur le fait que ce seront les règles 2017, plus que le niveau de compétitivité de McLaren sous ces règles, qui influenceront la suite de sa carrière en F1 ou ailleurs.

"Je pense que ma plus grande question est de savoir si je prends du plaisir à piloter l’auto de l’an prochain. Si les règles demeurent comme elles le sont actuellement et qu’il me faut économiser du carburant, économiser les pneus, et piloter à 90% sans attaquer à la fin, alors la saison prochaine sera ma dernière saison", prévient-il. "Pas parce que je ne suis pas compétitif. Même si je gagne le championnat l’an prochain, je peux arrêter par préférence pour autre chose".

"Il ne s’agit pas de mes résultats de l’an prochain ou d’à quel pont McLaren est compétitif. Il s’agit de comment va la Formule 1, dans quelle direction"

Même des offres potentielles de Mercedes ou Red Bull en changeraient pas cette décision, insiste Alonso, qui cherche autre chose.

"La réponse serait que j’ai un contrat 2017 avec McLaren. Puis, on verra pour 2018 à quel point les voitures m’excitent en termes de pilotage. Je pense que je ne serais pas plus motivé par une auto compétitive ou un changement d’équipe."

"Bien entendu, je désire gagner, et ce, aussi vite que possible. Mais l’an prochain, j’ai un contrat avec McLaren, et l’année suivante, ma décision de continuer ou pas ne sera pas liée à la performance".

 

T-shirt McLaren Honda Fernando Alonso
T-shirt McLaren Honda Fernando Alonso, sur Motorstore
partages
commentaires
Ferrari - L'identification des faiblesses a affecté la saison 2016

Article précédent

Ferrari - L'identification des faiblesses a affecté la saison 2016

Article suivant

Ocon ne s'attendait pas à des débuts en F1 si tôt

Ocon ne s'attendait pas à des débuts en F1 si tôt
Charger les commentaires