Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL3 dans
12 Heures
:
24 Minutes
:
48 Secondes
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
13 jours

Alonso minimise son influence sur la réorganisation de McLaren

partages
commentaires
Alonso minimise son influence sur la réorganisation de McLaren
Par :
6 juil. 2018 à 06:46

Alors que le bateau McLaren a fortement tangué en milieu de semaine, Fernando Alonso assure n'avoir joué aucun rôle particulier dans la réorganisation mise en place suite à la démission du directeur de la compétition, Éric Boullier.

Fernando Alonso, McLaren MCL33
Zak Brown, PDG de McLaren Racing
Fernando Alonso, McLaren MCL33 passe sous le drapeau à damier
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren
Zak Brown, PDG de McLaren Racing
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren and Stoffel Vandoorne, McLaren sur la grille
Brendon Hartley, Toro Rosso STR13, devant Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren MCL33, rentre au garage McLaren
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, et Fernando Alonso, McLaren

Lors d'un point de presse organisé jeudi dans le paddock de Silverstone, le PDG de McLaren, Zak Brown, a rappelé que Fernando Alonso était "clairement l'un des leaders de l'équipe" et qu'il avait été consulté au sujet des projets futurs de McLaren.

Suite au départ d'Éric Boullier, la nomination de Gil de Ferran au poste de directeur sportif et la montée en grade d'Andrea Stella ont alimenté le sentiment d'une influence importante du pilote espagnol dans ce remaniement. Le premier l'a beaucoup conseillé lors de sa participation aux 500 Miles d'Indianapolis l'an dernier, tandis que le second a travaillé avec lui chez Ferrari avant de le suivre chez McLaren.

Néanmoins, Alonso assure n'avoir pas été impliqué et avoir été informé de ces changements de la même manière que son coéquipier Stoffel Vandoorne.

"Je n'ai pas été consulté", affirme-t-il. "J'ai été informé de tous les changements, et de toutes les nouvelles possibilités, comme Stoffel en a été informé. Bien sûr, j'ai plus d'expérience avec Andrea que Zak, qui le connaît depuis seulement un an, et il voulait mon avis, tout comme la manière dont je voyais Gil. Il connaît Gil depuis 20 ans, et je le connais depuis un an, donc il sait bien mieux que moi quelles sont les possibilités et quels scénarios peuvent peut-être permettre à Gil de jouer un rôle."

"Comme je l'ai dit, si Zak pense que d'autres personnes doivent désormais faire un autre boulot dans l'équipe, c'est parce qu'il pense que c'est la meilleure chose à faire, et je lui fais confiance à 100%. Je faisais à 100% confiance à Éric, je fais toujours confiance aux patrons car ce sont eux qui ont toutes les informations. Nous pilotons juste les voitures."

Alonso précise également qu'il n'a pas suggéré le nom de qui que ce soit pour venir renforcer les rangs de McLaren à l'avenir : "Non, je n'en ai aucune idée, je ne peux que suggérer des pilotes, ce sont les seuls que je rencontre sur le circuit. Mais je ne suggérerai pas de pilotes à Zak, car je crois qu'il a les deux meilleures pilotes du monde."

Tenant un discours parfois ambigu, le double Champion du monde a tout de même reconnu que son importante expérience en F1 lui offrait la possibilité d'apporter un regard vraisemblablement utile à ses dirigeants, plus particulièrement à Zak Brown. "Certains commentaires ou certains retours d'information que l'on peut avoir avec 18 années d'expérience sont différents par rapport à des gens qui sont plutôt nouveaux en F1", souligne Alonso. "Sur ce plan, ça a toujours été comme ça, dans chaque équipe où je suis allé."

"Ça ne change rien pour moi, pour l'avenir"

Après avoir essuyé les plâtres d'une collaboration ratée entre McLaren et Honda ces trois dernières années, Alonso avait accepté de rempiler en 2018 avec l'écurie britannique en espérant bénéficier de progrès conséquents liés au passage au moteur Renault. Les résultats ne sont pas à la hauteur, et ont provoqué les nombreux changements dont il est question cette semaine, tandis que l'avenir du pilote vedette de l'écurie reste en suspens.

Avec la Triple Couronne en tête, d'autant plus maintenant qu'il a conquis les 24 Heures du Mans, Alonso pourrait échapper à McLaren et même quitter la F1. Tout comme il pourrait continuer l'aventure. Lui assure en tout cas que sa décision n'est pas liée aux événements récents.

"Peut-être que ça changera quelque chose demain, mais aujourd'hui ça ne change rien", explique-t-il. "Andrea est au même endroit, en tant qu'ingénieur de course en charge de la performance, à la tête des ingénieurs des deux voitures ; il était déjà là et il fera exactement la même chose, il dirigera les réunions, ce genre de choses."

"Pour Gil, je pense qu'il s'agit peut-être davantage de décisions stratégiques pour l'avenir, quelque chose comme ça, pas de changement au quotidien. Ça ne change rien pour moi, pour l'avenir ou quoi que ce soit. Le plus important, c'est de continuer à améliorer la voiture et être compétitif, et j'espère que l'équipe pourra aller plus vite de l'avant avec cette nouvelle organisation. Nous le verrons en temps voulu."

Article suivant
L'évolution Ferrari dévoilée à Silverstone

Article précédent

L'évolution Ferrari dévoilée à Silverstone

Article suivant

Vettel : "Les incidents de course ne sont plus permis en F1"

Vettel : "Les incidents de course ne sont plus permis en F1"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso Boutique
Équipes McLaren Boutique
Auteur Adam Cooper