Alonso : Un nouveau championnat commencera en France

Les révisions du calendrier 2021 de la Formule 1 en raison de la pandémie de COVID-19 ont compliqué la tâche de Fernando Alonso en début de saison.

Alonso : Un nouveau championnat commencera en France

Après deux ans d'absence, Fernando Alonso a fait son retour en Formule 1 en 2021. Le pilote espagnol a décidé de relever un nouveau défi dans une structure qu'il connaît bien : Alpine, anciennement connue sous le nom de Renault et l'ayant emmené vers ses deux titres mondiaux, en 2005 et 2006. Mais du haut de ses 39 ans, Alonso n'a devancé son coéquipier Esteban Ocon qu'à une seule reprise en qualifications et n'a inscrit que cinq points, contre douze pour le Français. À ce jour, le double Champion du monde occupe la treizième place du classement général.

Et selon Alonso, la raison de ce démarrage poussif se situerait dans la composition du calendrier de la Formule 1. À l'origine, celui-ci aurait dû inclure les traditionnelles destinations extra-européennes précédemment annulées en raison de la pandémie de COVID-19, en 2020. Cependant, plusieurs courses ont encore été déprogrammées cette saison, poussant la F1 à boucher les trous avec des circuits européens qui n'étaient pas visités autrefois.

Ainsi, en 2021, Imola et Portimão ont fait leur retour. Ces "nouveaux" tracés ont peu contribué à la progression d'Alonso, estimant que les circuits urbains impactent également sa recherche de performance et s'attendant à un retour à la normale pour la septième manche, en France.

"Ce n'est pas le meilleur calendrier possible pour un pilote débutant", a-t-il regretté. "J'ai eu Imola et Portimão, des circuits sur lesquels je n'ai pas couru depuis des années, ou jamais comme à Portimão. Et les autres ont couru là-bas il y a quatre mois, la saison passée. Et puis, il y a deux circuits urbains : Bakou et Monaco. Donc [sur] les six premières courses du championnat, quatre sont extrêmement difficiles pour moi. À partir du Grand Prix de France, j'espère qu'un nouveau championnat commencera."

Lire aussi :

Alonso perplexe face aux performances "aléatoires" des pilotes

Le Grand Prix de Monaco a été le théâtre d'une scène que peine à comprendre Fernando Alonso. Tandis que les performances de l'Espagnol sont restées les mêmes tout au long du week-end, le pilote Alpine gravitant autour du top 10 sans pouvoir l'intégrer, le rythme de ses rivaux a fluctué. En prenant l'exemple de Sergio Pérez, auteur du meilleur temps en Essais Libres 1 puis seulement neuvième en qualifications avant de remonter à la quatrième place en course, Alonso a fait part de ses interrogations quant à ces montagnes russes.

"Ce que nous pouvons avoir est un peu aléatoire", a indiqué l'Espagnol au sujet du classement cette saison. "Je ne dirais pas que c'est de la chance mais il y a quelque chose de caché. À différents moments du week-end [à Monaco], certaines personnes étaient en fond de grille en EL2, d'autres l'étaient en EL3, encore d'autres en Q2..."

"J'ai parlé avec Checo [Pérez], il était le plus rapide en EL1 et puis P9 en Q3, ce qui n'a pas de sens. Mais [en course], il s'est battu pour le podium. Il n'a pas oublié comment piloter entre les EL1 et les qualifications, avant de s'en souvenir en course. [Nous devons comprendre] pourquoi tous ces changements se produisent dans un week-end."

partages
commentaires

Related video

Marko : Mercedes "commet des erreurs" sous la pression
Article précédent

Marko : Mercedes "commet des erreurs" sous la pression

Article suivant

Ces "Américains stupides" à l'origine du plafond budgétaire en F1

Ces "Américains stupides" à l'origine du plafond budgétaire en F1
Charger les commentaires