Alonso : "Le podium était garanti"

McLaren avait une très belle carte à jouer au Grand Prix de Singapour, mais seul Stoffel Vandoorne a pu abattre son atout et prendre la septième place : Fernando Alonso a été éliminé par un accrochage au premier virage.

McLaren comptait sur les virages lents du circuit de Marina Bay pour tirer son épingle du jeu grâce aux qualités de la MCL32, sur un tracé où le manque de puissance du moteur Honda n'allait pas se faire ressentir dans la même mesure qu'à l'accoutumée.

Les qualifications étaient de très bon augure, avec Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne aux huitième et neuvième rangs, et l'Espagnol a pris un envol fulgurant pour aborder le premier virage à la troisième place... avant d'être percuté par les monoplaces en perdition de Kimi Räikkönen et de Max Verstappen. Alonso a rétrogradé au 12e rang avant d'abandonner au bout de quelques tours, les dégâts infligés à sa voiture s'avérant trop graves.

"Je me suis retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment, au premier virage, ils se sont touchés, Kimi et Verstappen, avant de me rentrer dedans", déplore-t-il. "La voiture était complètement détruite du côté gauche, et c'était presque un miracle que nous puissions continuer après ce choc. Au final, il a fallu abandonner, et c'est dommage car nous avions de grands espoirs pour cette course."

"Je pense que nous serions même en tête maintenant, parce que Hamilton était derrière moi au premier virage, donc si Hamilton est en tête, ça veut dire que nous le serions", ajoutait Alonso peu après son abandon, alors qu'il était bel et bien derrière Hamilton au premier virage.

Il est toutefois légitime pour le pilote McLaren de nourrir des regrets, quand l'on voit l'opportunité ouverte par l'abandon instantané de trois concurrents de top teams et le résultat obtenu par son coéquipier. Alonso affiche toutefois un optimisme à toute épreuve au moment d'évoquer ce qu'il aurait pu accomplir lors de cette course.

"Parfois ça marche, et parfois non", poursuit-il. "Quand nous partons derniers à cause des pénalités ou que nous changeons de moteur, les 20 voitures finissent. Ici, nous sommes bons et avec la pluie, je pense que le podium était garanti et nous nous serions peut-être même battus pour la victoire."

Le double Champion du monde va donc tenter de rebondir dans deux semaines, à Sepang. "Ça fait mal, car un podium est toujours un podium, mais quand nous arrivons tous au premier virage et que je suis à l'extérieur, si un pilote sort large, il me percute forcément. Comme je l'ai dit, quand les départs sont si serrés, il se passe des choses. Nous essaierons d'avoir une autre opportunité en Malaisie", conclut-il.

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Singapour
Circuit Singapore Street Circuit
Pilotes Fernando Alonso
Équipes McLaren
Type d'article Réactions