Formule 1 GP de Hongrie

Alonso : Red Bull et Aston Martin souffrent des nouveaux pneus Pirelli

Fernando Alonso déplore l'impact des nouveaux pneus Pirelli, selon lui préjudiciable à Red Bull et à Aston Martin, après une nouvelle performance médiocre au Hungaroring.

Fernando Alonso, Aston Martin AMR23, Sergio Perez, Red Bull Racing RB19

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

Voilà plus d'un mois que l'on n'a pas vu Fernando Alonso aux avant-postes au volant de son Aston Martin. Qualifié septième en Autriche et neuvième en Grande-Bretagne, le double Champion du monde n'est pas parvenu à faire mieux que huitième au Grand Prix de Hongrie, alors que son coéquipier Lance Stroll voyait la Q3 lui échapper comme c'était déjà arrivé à Silverstone mais aussi à Montréal, à Monaco et à Miami.

Lire aussi :

Les prestations de Stroll ne sont pas vraiment un baromètre permettant d'évaluer efficacement le niveau de performance de l'Aston Martin AMR23, mais celles d'Alonso sont plus fiables et montrent une perte de performance des bolides verts par rapport à la concurrence. Celle-ci intervient alors que Red Bull était plus en difficulté qu'à l'accoutumée à Silverstone et vient de voir la pole position lui échapper pour la deuxième fois de la saison en Hongrie, certes pour seulement trois millièmes de seconde et avec un format qualificatif spécial.

Ainsi, l'Ibère n'a que peu de doute : les pneus renforcés apportés par Pirelli depuis la Grande-Bretagne pour pallier l'appui aérodynamique supplémentaire des Formule 1 sont en cause dans cette évolution de la voiture.

"J'étais satisfait de la voiture", déclare-t-il à l'issue des qualifications sur le Hungaroring. "Nous avons fait quelques modifications pour les qualifications et je me sentais bien, je me sentais rapide. L'écart moyen avec la pole position est généralement de quatre ou cinq dixièmes, et il est de quatre ou cinq dixièmes aujourd'hui, alors c'étaient des qualifications normales pour nous. Mais il y a sept voitures devant nous. Alors même si ces qualifications ont été normales pour nous, elles ont été exceptionnelles pour certains de nos principaux rivaux. Alors au niveau du résultat, ce n'est pas un super samedi."

Fernando Alonso, Aston Martin AMR23

Fernando Alonso (Aston Martin)

"Nous avons sans aucun doute fait un pas en arrière lors des dernières courses, et tout le monde a fait un pas en avant. Par ailleurs, c'est une coïncidence que quand les nouveaux pneus Pirelli sont arrivés à Silverstone, nous sommes quelques écuries à avoir plus de difficultés, et il y en a quelques-unes qui sont très contentes de la voiture désormais. Il n'y a pas que nous, je crois que Red Bull a clairement souffert de ces pneus, ils faisaient le doublé à chaque séance qualificative et à chaque course, maintenant ils ne sont même pas en pole position. Checo [Pérez] galère à entrer dans le top 10. À Silverstone, je crois que Max n'était que trois secondes devant Lando [Norris]. Alors je vois des choses qui sont un petit peu anormales depuis Silverstone…"

Lorsqu'il lui est demandé si la différence que représentent ces nouveaux pneus se voit seulement au chronomètre ou bien également dans la sensation au volant, Alonso précise : "Les deux. Je pense qu'on sent que la voiture est un peu différente avec ces pneus. Mais comme je l'ai dit, c'est parfois dur pour nous d'être neutre. Bien sûr, nous n'avons pas beaucoup amélioré la voiture par rapport aux principaux rivaux. Il y a désormais de nouvelles pièces pour toutes les écuries tous les jeudis. C'est très facile de voir quelles équipes apportent de plus en plus de pièces sur les Grands Prix." De là à ce que cette explication soit la plus plausible ?

"Mais quand je repense à Red Bull qui faisait le doublé à toutes les séances d'essais libres, qualifications et courses, et maintenant ce week-end à ce n'est le cas dans aucune séance d'essais libres, à Silverstone [Verstappen] n'était que trois secondes devant Lando. Red Bull a perdu en performance depuis Silverstone, c'est un fait", insiste l'Espagnol.

Pour le 20e anniversaire de sa première victoire en Formule 1, au Grand Prix de Hongrie 2003, Fernando Alonso va tant bien que mal essayer de s'offrir un beau résultat ce dimanche, sur cette piste où ses onze derniers départs ont abouti sur une arrivée dans le top 8, y compris les quatre avec McLaren, mais où il n'a pas gagné dans ces deux décennies écoulées depuis lors. Et il ne fait pas preuve d'un excès d'optimisme : "Je ne crois pas pouvoir m'offrir un très beau cadeau. Je pense que le top 5 ou le top 6 reste peut-être possible en partant huitième. Mais mieux que le top 5, je ne crois pas que ce soit réaliste."

Propos recueillis par Adam Cooper

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Duels en qualifs : le point au Grand Prix de Hongrie 2023
Article suivant Le programme du GP de Hongrie F1 2023

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse