Formule 1 2017
Dossier

Formule 1 2017

Alonso regrette de ne pas pouvoir tester les pneus 2017

partages
commentaires
Alonso regrette de ne pas pouvoir tester les pneus 2017
Par : Basile Davoine
15 oct. 2016 à 17:30

Fernando Alonso ne cache pas éprouver un petit sentiment d’injustice, à l’heure où trois équipes poursuivent les tests pneumatiques de Pirelli en vue de 2017.

Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren on the grid
Le personnel de McLaren travaille sur la MP4-31 de Fernando Alonso
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren Honda

L’an prochain, les gommes plus larges feront partie de la nouvelle réglementation, attendue comme un tournant avec des monoplaces plus spectaculaires et plus rapides de trois à cinq secondes au tour. Depuis cet été, Ferrari, Red Bull et Mercedes participent au programme de tests mis en place par Pirelli, avec des monoplaces 2015 modifiées sur le plan aérodynamique.

Le manufacturier italien avait proposé à toutes les équipes de participer à ce programme, mais McLaren avait refusé pour se concentrer sur le développement de sa MP4-31, tout en sachant que des enjeux économiques entraient également en ligne de compte. Pour Fernando Alonso, il y a visiblement un grand regret.

"Je crois que c’est toujours bien de se préparer précisément à ce qu’on peut attendre des pneus et de leur comportement pour l’année suivante si l’on a des essais", explique-t-il. "En 2007, c’était une situation similaire avec un pneu inconnu qui entrait en jeu d’une année sur l’autre."

"Nous avions la même chose en 2010, en passant de Bridgestone à Pirelli, mais à ce moment-là, c’était pareil pour tout le monde, tandis qu’aujourd’hui, quelques pilotes seulement ont eu la possibilité de faire des essais. Il y a un sentiment un peu injuste cette année."

Pirelli promet l'équité

Si seulement trois équipes participent à ces essais, Pirelli a promis d’assurer l’équité maximale à l’ensemble du plateau, via notamment un partage intégral des données récoltées. De plus, les équipes sont tenues de respecter le plan de marche fixé par la firme de Milan lors de chaque séance, et ont interdiction de profiter du temps de piste pour tester quoi que ce soit d’autre que les pneumatiques.

Bien qu’il déplore le fait que seuls quelques pilotes puissent rouler avec les futures gommes 2017, Alonso espère que le travail mené permettra de disposer d’enveloppes d’excellente qualité l’année prochaine.

"Je pense qu’il est encore trop tôt, nous devrons attendre et voir le résultat final", admet-il. "Malheureusement, nous ne pouvons pas tester les pneus, seuls quelques pilotes les essaieront. Ce serait bien d’avoir la même opportunité pour tous les pilotes après la dernière course, mais je sais qu’il y a certaines conséquences sur le design des voitures et sur les pneus."

"Ils font plus d’essais que lors de n’importe quelle autre année, et auparavant la qualité des pneus n’était pas aussi bonne qu’elle aurait dû l’être en raison du manque de tests. Ils ont un programme d’essais en place, alors je m’attends à ce que les pneus soient bons l’année prochaine."

Article suivant
Hülkenberg et Renault - Pourquoi il n'y a rien à perdre

Article précédent

Hülkenberg et Renault - Pourquoi il n'y a rien à perdre

Article suivant

Massa ne quittera pas totalement le paddock F1 en 2017

Massa ne quittera pas totalement le paddock F1 en 2017
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso Boutique
Équipes McLaren Boutique
Auteur Basile Davoine