Formule 1
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
24 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
73 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
86 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
108 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
129 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
143 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
157 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
185 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
192 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
206 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
213 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
241 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
248 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
262 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
276 jours

Alonso : Les rivaux d'Hamilton n'exploitent pas sa "faiblesse"

partages
commentaires
Alonso : Les rivaux d'Hamilton n'exploitent pas sa "faiblesse"
Par :
29 janv. 2020 à 18:00

Fernando Alonso estime que le sextuple Champion du monde Lewis Hamilton possède des "points faibles" qui "n'ont pas encore été exploités".

Dans une interview exclusive pour F1 Racing, Fernando Alonso, qui a été l'équipier de Lewis Hamilton chez McLaren en 2007, est revenu sur les succès récents du Britannique, désormais six fois Champion du monde. L'Espagnol, double vainqueur des 24 Heures du Mans et Champion du monde d'Endurance, en plus de ses deux couronnes mondiales en Formule 1, a quitté la discipline reine en fin d'année passée. 

Il juge qu'Hamilton a "élevé son niveau lors des deux dernières années", avant d'ajouter : "Surtout en 2019, lorsque la voiture n'a pas été aussi dominatrice que lors des autres saisons. S'il ne peut pas gagner, c'est un second très proche ; il n'est pas à 20 secondes derrière, ce qui se passe avec Valtteri [Bottas, l'actuel équipier d'Hamilton]. Lors d'un week-end où la voiture n'est pas aussi compétitive, Bottas est cinquième ou sixième, ou à une minute, mais ce n'est pas le cas de Lewis. Il a fait un pas en avant, il est plus compétitif, plus préparé. Il a encore des points faibles qui n'ont pas encore été exploités ; personne n'appuie dessus, sur cette faiblesse."

Lire aussi :

Et quelle est cette faiblesse ? "Si vous étudiez la saison de Lewis, il y a toujours une tendance commune. Il débute l'année lentement et personne n'en tire avantage. Nous nous sommes tous excités sur l'idée que ce serait l'année de Bottas [en 2019], mais ça n'a pas été le cas. Ça serait bien de se battre contre lui [Lewis] dans une vraie lutte. Peut-être que ses points faibles ne sont pas réels et que tout est calculé, mais ça serait bien de le découvrir."

"Quand vous avez un bon package, que les autres se crashent et que vous augmentez votre avance au championnat, tout semble calme", explique celui qui avait échoué à battre le rookie Hamilton chez McLaren en 2007, au sortir de ses deux titres mondiaux. "Si vous n'avez qu'un point d'avance ou êtes dix points derrière, le stress est différent. Les erreurs sont différentes et vos communications radio sont différentes. Il faut voir [Hamilton] quand il a la pression."

Avec Alex Kalinauckas 

Article suivant
La McLaren MCL35 a pris vie

Article précédent

La McLaren MCL35 a pris vie

Article suivant

La nouvelle Ferrari a démarré à Maranello

La nouvelle Ferrari a démarré à Maranello
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton Boutique , Fernando Alonso Boutique
Auteur Fabien Gaillard