Alonso s'oppose à la diffusion des conversations radio

Message calculé ou véritable montée d’adrénaline, comme l’a évoqué Eric Boullier?

Le message radio de Fernando Alonso, comparant le V6 Honda à un "moteur de GP2" pendant le Grand Prix du Japon, n’a pas manqué de faire parler à Suzuka dimanche. 

Quelques heures après la course, le double Champion du Monde a jugé bon de tirer les choses au clair en revenant sur le début de polémique via son compte Twitter. Après le Grand Prix, Ron Dennis avait reconnu que l’attitude de son pilote ne lui avait pas vraiment plu, mais qu’il n’allait pas se fâcher avec l’Espagnol puisqu’il pouvait comprendre sa frustration. 

De son côté, Alonso a évoqué une situation sportive "embarrassante" en piste, à bord d’une McLaren ne lui permettant pas de résister à la concurrence. Concernant son message radio qui a fait le tour du monde, diffusé quasiment en direct à la télévision, il réagit en estimant que les conversations entre le muret des stands et la voiture ne devraient plus être rendues publiques. 

"C’était note troisième meilleur résultat de la saison!", a-t-il rappelé. "Nous continuons à travailler dur. Quand on se bat en peloton c’est difficile, nous voulons tous gagner. Et parfois notre radio est diffusée, mais ce devrait être des discussions privées."

Alonso a également insisté sur son engagement avec McLaren, niant toute lassitude ou idée de départ. 

"Personne ne devrait avoir le moindre doute quant au fait que j’ai trois années [de contrat] avec McLaren et que ma carrière en F1 se terminera avec cette équipe, je l’espère en gagnant tout."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Japon
Circuit Suzuka
Pilotes Fernando Alonso
Équipes McLaren
Type d'article Actualités
Tags honda, moteur gp2, polémique, radio, suzuka