Alpine va adapter la direction assistée d'Alonso

Alpine et Fernando Alonso tentent de faciliter et accélérer l'adaptation du pilote espagnol à l'A521.

Alpine va adapter la direction assistée d'Alonso

Sans rien bouleverser, dans une année contrainte par le gel partiel des châssis et avec l'objectif prioritaire de préparer 2022, Alpine tient toutefois à travailler les petits détails qui peuvent parfaire l'adaptation de Fernando Alonso à la monoplace d'Enstone. Lors du prochain Grand Prix à Monaco, le double Champion du monde devrait ainsi disposer d'évolutions qui n'ont pas trait au développement mais directement à son style de pilotage, de manière à ce qu'il soit plus en phase avec ses habitudes.

"C'est davantage pour mon confort, ce sont des petites choses pour être à l'aise avec la voiture", explique Alonso. "Comme je l'ai déjà dit, cette voiture a une approche différente au niveau de la direction assistée, des sensations que l'on a dans le poids du volant. Sans être trop spécifique sur les changements, je suis habitué à une direction assistée différente, et c'est quelque chose qui va enfin arriver sur la voiture, de mon côté du garage, et c'est une étape de plus pour m'y habituer. Mais il y a des petites choses auxquelles je dois m'habituer."

"Je pense que la voiture a des caractéristiques différentes dans la manière dont elle se comporte. Avec les changements de réglementation pour l'an prochain, ça n'a aucun sens de modifier la philosophie de la monoplace. C'est à moi de piloter cette voiture différemment, c'est ce que j'essaierai de faire pour le reste de l'année. Je m'améliorerai et j'espère être bientôt au rendez-vous."

Lire aussi :

De retour en F1 cette année après deux saisons d'absence, Alonso a plusieurs fois répété qu'il n'était pas encore au niveau qu'il attendait de lui-même. En quatre Grands Prix, le pilote espagnol a inscrit cinq points quand son coéquipier Esteban Ocon en a marqué le double. Il tient toutefois à s'appuyer sur les promesses des deux dernières courses, même si le rythme et la stratégie l'ont privé de top 10 à Barcelone.

"Je crois que nous avons eu quelques bonnes réponses sur les performances de la voiture et sur celles de nos concurrents", assure-t-il. "J'étais plus ou moins à l'aise. Nous avions plus de rythme en qualifications qu'en course. En course, je pense que c'était même plus serré qu'en qualifications, car toutes les voitures semblaient avoir des performances très, très similaires. Je me suis senti bien, j'ai pris un bon départ, je crois que c'était le meilleur, ou le deuxième meilleur après Portimão."

"Nous assemblons les pièces du puzzle, étape par étape, doucement, et le plus important désormais est d'extraire davantage de performance de mon côté. Nous avons identifié quels sont les domaines que nous pouvons exploiter. Nous travaillons dessus. Cette semaine va être intense, avec beaucoup de travail."

partages
commentaires
Vergne : "Vettel m'a ri au nez quand je suis parti en Formule E"
Article précédent

Vergne : "Vettel m'a ri au nez quand je suis parti en Formule E"

Article suivant

Monaco : Pourquoi Villeneuve a échoué là où son père a triomphé

Monaco : Pourquoi Villeneuve a échoué là où son père a triomphé
Charger les commentaires