De Meo ne veut pas d'une "saison merdique" pour Alpine

Luca de Meo insiste sur l'importance pour Alpine de bien préparer 2022, mais hors de question de sacrifier dans de trop grandes proportions la saison qui vient .

De Meo ne veut pas d'une "saison merdique" pour Alpine

Ce week-end à Bahreïn, l'écurie Alpine sera pour la première fois au départ d'un Grand Prix en lieu et place de Renault. La première manche de la saison 2021 marque également le coup d'envoi d'une nouvelle ère à Enstone, après un changement complet d'identité mais aussi des modifications profondes au niveau de son organigramme. Pour la structure franco-britannique, il est essentiel de bien aborder le grand tournant réglementaire de 2022, néanmoins, le grand patron du Groupe Renault, Luca de Meo, met également la pression sur ses troupes pour obtenir des résultats plus immédiats.

Lire aussi :

L'équipe, sous le nom de Renault, a terminé cinquième du championnat constructeurs l'an dernier malgré le fait d'avoir renoué avec le podium en F1. Cette année, l'arrivée de Fernando Alonso s'ajoute aux divers changements, et l'objectif est de bâtir des bases de performance très solides pour Alpine en vue de l'année suivante.

"Pour que la saison soit réussie, je pense que nous sommes en compétition avec nous-mêmes", estime Luca de Meo, interrogé lors d'une table ronde à laquelle a participé Motorsport.com. "Ce que j'attends, c'est que nous nous améliorions à chaque course. Nous essaierons de ne pas nous retrouver dans la situation de l'an dernier, mais ce sera compliqué, car il y a des équipes qui ont énormément progressé. Cependant je pense qu'il y a un nouvel état d'esprit, et il y a des gens comme Fernando qui arrivent dans l'équipe, et c'est quelqu'un de très performant."

"Nous sommes aussi très focalisés sur 2022. Pour nous, le véritable défi commencera en 2022. Mais naturellement, nous ne voulons pas que 2021 soit, disons, une saison merdique. Nous avons Fernando, qui veut toujours gagner, et nous avons Esteban, qui est jeune et doit faire ses preuves. Il ne peut pas perdre son temps pendant des années à être en fond de grille. Ils sont donc motivés. Et l'équipe doit offrir de bons services aux pilotes. Nous sommes là pour travailler et nous verrons comment nous pourrons progresser course après course. Nous verrons ce qui va se passer, car les autres sont de plus en plus forts."

À la tête du Groupe Renault, Luca de Meo est l'homme qui a pris la décision de regrouper les efforts sportifs de l'entreprise sous la bannière Alpine et d'en faire la figure de proue du constructeur français sur les circuits. Si la marque mise en avant n'est plus la même, l'ambition est elle plus importante, avec la volonté d'intégrer les résultats sportifs d'Alpine dans un cadre plus large au sein du groupe.

"J'avais le sentiment que nous devions intégrer la page F1 dans une nouvelle histoire", précise-t-il. "Renault F1 et Renault Sport, mais aussi l'histoire d'Alpine, étaient en quelque sorte à la frontière du système. Quand ils avaient besoin du soutien de la maison mère, ils venaient, mais en fait leur zone de confort était de rester à l'écart. Alpine est l'un des quatre piliers [du plan] Renaulution. C'est l'une des quatre marques que nous proposons à nos clients. Elle est donc totalement intégrée à la stratégie globale du Groupe Renault."

Propos recueillis par Luke Smith 

partages
commentaires
George Russell consulte désormais un psychologue

Article précédent

George Russell consulte désormais un psychologue

Article suivant

Tsunoda explique son utilisation prématurée du DRS en essais

Tsunoda explique son utilisation prématurée du DRS en essais
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Esteban Ocon , Fernando Alonso
Équipes Alpine
Auteur Basile Davoine