Alpine : "Inquiétant" si des équipes jouent avec les pressions de pneus

Alors que la FIA va mettre fin à un certain nombre de pratiques à l'occasion du GP de France, le directeur exécutif d'Alpine en F1, Marcin Budkowski, juge qu'il serait "assez inquiétant" que des équipes aient joué avec les pressions pneumatiques.

Après une enquête menée sur les défaillances qui ont touché Lance Stroll et Max Verstappen au Grand Prix d'Azerbaïdjan, la FIA a décidé de publier une nouvelle directive technique qui a été envoyée aux écuries cette semaine. En substance, cette directive est destinée à mettre fin à un certain nombre de pratiques de la part des équipes visant à faire rouler les monoplaces avec des pressions de pneus inférieures aux chiffres prescrits par Pirelli.

De nouvelles mesures vont donc être introduites au sujet de l'utilisation des couvertures chauffantes, de la chauffe des gommes ainsi que du contrôle des pressions qui se fera désormais aussi après les relais. Dans la foulée des conclusions publiées par le manufacturier et dans le contexte de la directive FIA, Red Bull et Aston Martin ont publié des communiqués similaires pour expliquer que les prescriptions de Pirelli avaient été pleinement respectées.

Lire aussi :

Du côté d'Alpine, on accueille avec plaisir la clarification de la part des instances. "Il était assurément important d'aller au fond des choses, car c'est une question de sécurité cruciale", a déclaré Budkowski à Motorsport.com. "La réaction à l'augmentation des pressions arrière, et la conclusion, semblent indiquer qu'il s'agit d'une défaillance du pneu."

"La réaction de la FIA n'est pas vraiment un changement significatif dans les procédures opérationnelles, mais plutôt beaucoup plus de clarté et un renforcement des procédures opérationnelles. Est-ce que cela suggère que certains prenaient quelques libertés avec les procédures opérationnelles, c'est un pas que je ne franchirai pas, parce que je ne le sais pas. Mais si c'est le cas, c'est assez inquiétant, car il s'agit d'une question de sécurité critique."

"Globalement, des procédures et des contrôles plus stricts ont été imposés. Ce n'est pas fondamentalement différent de ce qui était en place. Donc, évidemment, nous nous félicitons du fait que tout sera vérifié en profondeur, parce que ce n'est pas quelque chose avec quoi on veut jouer. Si Pirelli donne une prescription minimale, il y a une raison. Et si elle n'est pas respectée, alors cela peut conduire à des défaillances."

Lire aussi :

La question du retrait par avance des couvertures chauffantes par les écuries en qualifications fait également partie des points traités par la directive, puisque ce processus permet potentiellement de faire descendre les pressions de pneus à des niveaux plus intéressants avant que le pilote ne prenne la piste. Certaines écuries, et Lewis Hamilton publiquement, ont alerté la FIA sur le cas de Red Bull. Désormais, les couvertures ne peuvent plus être retirées qu'immédiatement avant le départ de la voiture du garage, le trafic dans la voie des stands étant la seule excuse pour ne pas avoir à s'y plier, avec une tolérance de 30 secondes autorisée.

"Je pense qu'il y a différentes choses qui sont faites", a déclaré Budkowski. "Et ce n'est pas nécessairement pour contourner les prescriptions de pressions. Vous gérez la température de vos pneus avant la séance, vous gérez l'équilibre de la température entre le train avant et le train arrière."

"Parfois, jouer avec les températures des couvertures ou leur retrait précoce revient juste à obtenir un meilleur équilibre entre l'avant et l'arrière. Mais de la façon dont la DT est écrite, il semble qu'on ait pu en abuser pour abaisser les pressions, et c'est pourquoi la FIA devient plus stricte à ce sujet."

Avec Adam Cooper

partages
commentaires
Aston Martin recrute le designer F1 d'Alfa Romeo

Article précédent

Aston Martin recrute le designer F1 d'Alfa Romeo

Article suivant

Gasly : "Encore un peu tôt" pour savoir ce que Red Bull fera en 2022

Gasly : "Encore un peu tôt" pour savoir ce que Red Bull fera en 2022
Charger les commentaires