Alpine ouvert pour collaborer avec une écurie partenaire en F1

Le président d'Alpine, Laurent Rossi, déclare que le constructeur reste ouvert à un partenariat avec une équipe de Formule 1. Mais il ne cherche pas "activement" pour 2022.

Alpine ouvert pour collaborer avec une écurie partenaire en F1

Après le départ de McLaren vers un moteur Mercedes pour cette saison, Alpine et son bloc Renault n'ont plus d'écurie partenaire en 2021. Ainsi, l'équipe d'Enstone est la seule de la grille à utiliser des moteurs venus de Viry-Châtillon.

L'année dernière, le directeur sortant de l'équipe, Cyril Abiteboul, a déclaré que Renault était "heureux de se concentrer sur lui-même" , mais qu'il envisagerait d'ajouter une équipe partenaire si cela apportait une valeur ajoutée au constructeur. D'autant que Renault est une habituée des livraisons moteur à d'autres équipes. C'est la première fois que la marque française n'en motorise aucune autre qu'elle-même depuis 2006 et son partenariat lancé avec Red Bull Racing puis Toro Rosso.

Lire aussi :

Abiteboul a depuis quitté Enstone pendant la transition vers l'identité d'Alpine, laissant le poste de président à Laurent Rossi, qui a confirmé que le constructeur restait ouvert à l'idée d'avoir une écurie partenaire à l'avenir. "Nous sommes ouverts à toutes les idées sans faire nécessairement de recherches", indiquait-il lors de la présentation d'Alpine et de sa voiture, l'A521.

"Je pense qu'une écurie partenaire serait appréciée mais ce n'est pas une obligation car nous construisons déjà actuellement notre équipe de Formule 1. Nous avons besoin d'une autonomie, d'une indépendance et d'un dévouement total à notre équipe. Pouvoir récupérer les fruits de notre développement, et donc de construire un partenariat avec une équipe, pourrait être une bonne idée pour l'avenir mais ce n'est pas quelque chose que nous recherchons activement pour l'instant."

Rossi admet cependant que ne pas avoir de deuxième ou de troisième écurie est un inconvénient à sa stratégie dans le développement des moteurs hybrides complexes. Mais il indique voir plusieurs points positifs pour contrebalancer ces manquements. "Vous pouvez perdre en développement là où vous en gagneriez si vous faisiez fonctionner deux ou plusieurs équipes en parallèle", détaille-t-il.

"Parmi les avantages, nous pouvons consacrer tous nos efforts à la conception de notre propre moteur et à son installation dans notre propre voiture, ce qui n'est pas négligeable car vous n'êtes pas distrait par d'autres activités et vous pouvez tirer parti du fait que vous êtes un constructeur."

Lire aussi :

"Je pourrais aussi ajouter que l'un des avantages pourrait être que si vous êtes désigné pour fournir [des moteurs] à une autre écurie, si vous n'êtes pas préparés pour cela, vous devrez augmenter les effectifs de façon constante. Je ne suis pas sûr que ça soit très souhaitable, donc finalement, nous sommes satisfaits de notre situation en ce moment."

partages
commentaires

Related video

Découvrez le circuit du GP d'Arabie saoudite de F1

Article précédent

Découvrez le circuit du GP d'Arabie saoudite de F1

Article suivant

Mercedes : Pas de "réponses" évidentes pour l'arrière instable

Mercedes : Pas de "réponses" évidentes pour l'arrière instable
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Alpine
Auteur Filip Cleeren