Andretti proche d'une prise de contrôle d'Alfa Romeo ?

Michael Andretti semble de plus en plus proche de prendre le contrôle de l'écurie Alfa Romeo via une prise de participation majoritaire dans l'entreprise qui détient Sauber.

Andretti proche d'une prise de contrôle d'Alfa Romeo ?

Depuis plusieurs semaines, la recherche d'une solution de la part de Michael Andretti pour faire son arrivée en Formule 1, évoquée par RACER en août dernier, fait son chemin. Si les discussions préliminaires semblaient d'ores et déjà écarter la possibilité de racheter Haas, la question restait de savoir qui de Alfa Romeo ou Williams constituerait la meilleure porte d'entrée.

Visiblement, c'est bien du côté de la structure gérée en réalité par Sauber que les espoirs de l'Américain se sont tournés. En effet plusieurs sources laissent entendre qu'Andretti chercherait à prendre une participation dans la compagnie qui détient l'entreprise fondée par Peter Sauber, afin de prendre le contrôle de cette dernière, et de présider aux destinées de l'écurie de Formule 1 qui bat actuellement pavillon suisse en dépit du fait qu'elle représente Alfa Romeo.

Selon de nouvelles informations apportées par RACER, les négociations entre Andretti et Sauber sont désormais à un stade avancé et une rencontre devrait se tenir dans deux semaines au Circuit des Amériques à Austin, théâtre du Grand Prix des États-Unis.

Ces discussions et leur évolution seraient grandement liées au fait qu'Andretti semble avoir assuré au moins une partie du financement nécessaire à cette opération, au travers de la société Andretti Acquisitions Corporation qui a été lancée plus tôt dans l'année avec comme objectif de lever 250 millions de dollars (soit près de 220 millions d'euros au taux de change de actuel).

Déjà impliqué en IndyCar ou encore en Formule E, la structure américaine et son emblématique patron, lui-même ancien pilote de F1, voient d'un bon œil l'investissement dans la discipline reine à une époque où les dirigeants du championnat, la société Liberty Media, concentrent une partie de leurs efforts de développement vers le marché nord-américain, avec entre autres l'arrivée, aux côtés d'Austin, d'un Grand Prix à Miami dès 2022. Le contexte économique est également à un retour notable des sponsors US chez les écuries.

Concernant Alfa Romeo, à la question de savoir si ces tractations en coulisses peuvent expliquer à elles seules l'attente autour du second baquet pour la saison 2022, Frédéric Vasseur a botté en touche : "Je ne peux rien dire car honnêtement ce n'est pas dans mon périmètre. Je suis le PDG et le directeur de l'équipe, et ce genre de discussion ne se fait pas avec moi, ce serait avec les actionnaires. Il y a eu tellement de rumeurs et ainsi de suite, qu'il faudrait poser la question aux actionnaires de l'entreprise."

Lire aussi :

partages
commentaires
"J'ai les bras trop courts" : Gasly explique son commentaire

Article précédent

"J'ai les bras trop courts" : Gasly explique son commentaire

Article suivant

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1
Charger les commentaires