Annonce des pilotes Sauber à Abu Dhabi... avec Alfa Romeo ?

Seules deux écuries n'ont pas encore confirmé leur duo de pilotes pour la saison 2018 de Formule 1 : Williams et Sauber. En ce qui concerne l'équipe suisse, ce pourrait être chose faite dès Abu Dhabi.

Alors que Sauber noue des liens étroits avec Ferrari, la présence de Charles Leclerc en ses rangs ne fait aucun doute. Le Monégasque a outrageusement dominé la Formule 2 cette saison et est devenu le plus jeune Champion de son Histoire (GP2 compris), et la Scuderia tient à lui faire prendre de l'expérience en Formule 1. Leclerc s'y prépare déjà avec plusieurs séances d'essais libres en cette fin de saison.

À qui sera confiée la deuxième C37 ? La question se pose encore, puisque Ferrari souhaite y placer son pilote de réserve Antonio Giovinazzi, qui a déjà participé aux deux premiers Grands Prix de 2017 avec Sauber. Mais les propriétaires de l'écurie soutiennent la carrière de Marcus Ericsson, ce qui semble faire du Suédois le favori. Le départ de Pascal Wehrlein paraît acté.

Sergio Marchionne n'est en tout cas pas à court d'idées pour faire fructifier le partenariat avec Sauber, ayant soumis l'idée de rebadger les moteurs Ferrari utilisés par la structure suisse, qui seraient rebaptisés Alfa Romeo. Ce serait l'occasion idéale de ramener le nom d'Alfa en F1, après que la marque italienne a dominé les saisons 1950 et 1951, alors qu'un deuxième projet de 1979 à 1985 n'a abouti qu'à quelques podiums.

"Alfa Romeo en F1 pourrait devenir une bonne pépinière pour les jeunes pilotes italiens", déclarait Sergio Marchionne il y a un an. "Le meilleur, Giovinazzi, est déjà avec nous, mais il y en a d'autres, et ils ont du mal à trouver de la place. Alfa Romeo, plus que nos équipes clientes, pourrait leur proposer cet espace."

Deux jeunes Italiens couraient en Formule 2 cette année, Luca Ghiotto (quatrième pour sa deuxième saison) et Antonio Fuoco (huitième en tant que rookie). Seul ce dernier fait partie de l'académie Ferrari.

Quoi qu'il en soit, est-ce qu'un tel accord se concrétisera dès 2018, c'est difficile à dire, mais Sauber et Alfa Romeo ont beaucoup à y gagner d'un point de vue commercial. Reste à savoir si Marchionne voudra lancer un tel projet alors qu'il a récemment brandi une énième fois la menace d'un départ de Ferrari de la Formule 1.

Avec Roberto Chinchero et Jonathan Noble

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Marcus Ericsson , Pascal Wehrlein , Antonio Giovinazzi , Charles Leclerc
Équipes Sauber , Alfa Romeo
Type d'article Actualités