Formule 1
03 juil.
-
05 juil.
Événement terminé
10 juil.
-
12 juil.
Événement terminé
17 juil.
-
19 juil.
C
GP du 70e Anniversaire
07 août
-
09 août
EL1 dans
22 jours
14 août
-
16 août
EL1 dans
29 jours
04 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
50 jours
C
GP de Toscane
11 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
56 jours

Pas de GP annulé en cas de COVID-19 dans le paddock

partages
commentaires
Pas de GP annulé en cas de COVID-19 dans le paddock
Par :
3 juin 2020 à 08:42

La Formule 1 vient de dévoiler les mesures strictes qui seront appliquées en réponse à la crise du coronavirus, qui incluent notamment de fortes restrictions sur le nombre de personnes présentes au circuit, mais excluent l'éventualité d'un Grand Prix annulé en cas de dépistage positif.

Les Grands Prix de Formule 1 vont faire leur retour à partir du mois de juillet, mais la catégorie reine du sport automobile va devoir s'adapter face à la pandémie de COVID-19. Des dépistages seront effectués régulièrement auprès des personnes présentes dans le paddock pour ces événements à huis clos, tandis que des mesures de distanciation sociale seront mises en œuvre – y compris sur le podium !

"Il y a une liste de directives rigoureuses qui doit faire 80 à 90 pages, où tout est inclus : comment se rendre sur place, quels sont les procédés à l'hôtel, quels sont les procédés au circuit, pour les repas, les toilettes, le temps libre entre le circuit et les dépistages", explique Chase Carey, PDG de la Formule 1, au site officiel du championnat. "Chacun sera dépisté avant de se rendre sur place, puis le sera à nouveau tous les deux jours. Il y a des procédés en place en cas de test positif. Nous sommes conscients de cette possibilité et sommes donc préparés à la gérer de manière appropriée. Nous travaillons sur la mise en place d'un dispositif de pistage, pour lequel nous avons deux options différentes."

Lire aussi :

Et contrairement à ce qu'il s'était passé à Melbourne, avec un dépistage positif d'un membre de l'écurie McLaren et le forfait qui en avait résulté pour cette dernière, il ne sera pas question d'annuler le Grand Prix dans un scénario similaire.

"Que quelqu'un soit testé positif ne mènera pas à l'annulation de la course", affirme Carey. "Nous encourageons les écuries à avoir des procédures en place pour que, s'il faut mettre quelqu'un en quarantaine, nous puissions mettre cette personne en quarantaine dans un hôtel et la remplacer. Il y a des choses que nous devons passer en revue et expliquer. Il y a trop de scénarios possibles pour tous les envisager, mais qu'une équipe ne puisse pas courir n'entraînerait pas l'annulation de la course. Je ne pense pas pouvoir vous exposer les conséquences ici. Mais nous aurons une procédure en place afin qu'un test positif n'entraîne pas une annulation. Si un pilote est infecté, il y a des pilotes de réserve qui sont disponibles."

Seulement 2000 personnes sur place

La réduction du nombre de personnes sur place devrait permettre de réduire le risque de contamination : il n'y en aura qu'environ 2000. Seul le staff jugé essentiel de la F1 sera autorisé à se rendre sur place, soit 1200 hommes et femmes – à titre de comparaison, on en retrouve à l'accoutumée entre 3000 à 5000. Parmi ces 1200 membres du personnel, les rôles sont divers et variés : commissaires de piste et de course, cuisiniers, agents de sécurité et représentants de la Fédération Internationale de l'Automobile et de Formula One Management en font partie. Ce devrait être le cas, également, des journalistes accrédités, qui sont habituellement plusieurs centaines mais devraient s'avérer très peu nombreux à pouvoir accéder au site.

Les écuries de Formule 1, quant à elles, seront autorisées à faire venir 80 personnes, au lieu de 130 habituellement, tandis que le dispositif de diffusion des Grands Prix s'organisera partiellement à distance, permettant de réduire le nombre de techniciens et cameramen sur place de 250 à 60 seulement. Et ces deux milliers de personnes vont en quelque sorte être confinées ensemble, explique Ross Brawn, manager sportif de la F1.

"De bien des manières, ce sera comme vivre dans une bulle dès le moment du voyage par avion charter", détaille Brawn. "Le transport vers les hôtels et entre les hôtels et le circuit sera contrôlé. Et dans cette bulle, il y aura des mini-bulles de personnes qui ont des fonctions différentes. Cette bulle est conçue pour gérer les procédés, assurer que nous ayons le bon équipement de protection et la distanciation sociale."

"Assurément, nous sommes conscients que dans notre sport, on ne peut pas toujours avoir deux mètres entre chaque personne d'une équipe. Quand une voiture rentrera au stand et qu'il faudra changer les quatre pneus, il n'y aura pas deux mètres entre chaque personne. Nous devons nous assurer d'avoir dès que possible des procédures pour gérer tous ces risques."

Article suivant
Carey : Chercher de nouvelles idées dans le respect de la F1

Article précédent

Carey : Chercher de nouvelles idées dans le respect de la F1

Article suivant

La F1 espère du public sur les GP à l'automne

La F1 espère du public sur les GP à l'automne
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Benjamin Vinel