Anthony Hamilton craint une F1 faite uniquement de pilotes payants

Le père du triple Champion du monde ne voit rien de bon dans l'offre proposée actuellement par les formules de promotion et l'incidence qu'elles ont sur la pyramide d'accès à la Formule 1.

Anthony Hamilton craint une F1 faite uniquement de pilotes payants
Anthony Hamilton, Mercedes AMG F1
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 sur le podium
Anthony Hamilton, père de Lewis Hamilton
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Anthony Hamilton, père de Lewis Hamilton

Père de Lewis Hamilton, et connu pour avoir longtemps accompagné son fils dans son accession vers la Formule 1 et jusqu’au titre mondial en 2008, Anthony Hamilton estime qu’un réel danger plane sur l’avenir du sport automobile concernant la manière d’accéder au plus haut niveau.

Le Britannique vise ce qu’il craint voir devenir une prolifération de pilotes décrochant leur baquet grâce à l’argent avant que ça ne le soit au mérite. Un problème qui commence, selon lui, dès les formules de promotion, qui sont extrêmement nombreuses et n’assurent pas de régulation financière.

"Il y a tellement de formules de promotion que les jeunes pilotes ne savent pas vraiment quelle est la meilleure voie à suivre", déclare Anthony Hamilton à The Independent. "Les formules de promotion sont toujours parcellaires et chères, et ça ne favorise pas ceux qui rêvent d’arriver en F1, ni la crème de la crème d’atteindre les sommets."

Une période révolue

Le parcours de Lewis Hamilton a eu la chance d’être facilité par la rencontre avec McLaren et Mercedes, l’écurie de Woking prenant le jeune pilote extrêmement tôt sous son aile pour guider sa carrière jusqu’à la catégorie reine. Mais tous les pilotes surdoués n'ont pas l'opportunité de faire une telle rencontre à un si jeune âge.

"À notre époque, nous avons juste travaillé dur avec ce que nous avions, et nous avons eu la chance d’être repérés par Ron Dennis et Mercedes, mais ça n’est pas suffisant", précise Anthony Hamilton. "Si les coûts continuent à grimper au niveau junior, et si les formules de promotion restent financièrement non réglementées, alors je crois que Lewis sera le dernier de sa génération."

"Atteindre les sommets ne devrait pas dépendre de savoir qui peut se le permettre, mais plutôt de savoir qui peut travailler dur et au mieux. Au niveau junior, il y a de nombreux pilotes qui gagnent des titres mais n’ont pas les financements ni le soutien pour venir en F1. Il fut un temps où la structure en place permettait d’assurer aux pilotes qui prouvaient qu’ils pouvaient gagner d’être récompensés avec la garantie d’emprunter le chemin vers la F1."

S’il considère que la tendance n’est pas bonne, Anthony Hamilton pense qu’il est toujours possible de l’inverser, avec des procédés simples qu’il imagine.

"La F1 pourrait finir par regrouper une majorité de pilotes qui payent pour leur volant, plutôt que l’avoir mérité en étant sacré champion en formule de promotion", prévient-il. "Cela pourrait être évité en créant un processus de recrutement et de sélection de pilotes, qui permet uniquement aux meilleurs d’y parvenir au mérite. Si un pilote échoue dans les objectifs de performance après deux ans, il pourrait être remplacé par un autre pour faire en sorte que la course reste imprévisible."

partages
commentaires
Button prévient Vandoorne : "Toujours difficile d’être pilote McLaren"

Article précédent

Button prévient Vandoorne : "Toujours difficile d’être pilote McLaren"

Article suivant

Comment Vettel essaie de tirer un avantage des tests Pirelli 2017

Comment Vettel essaie de tirer un avantage des tests Pirelli 2017
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton , Anthony Hamilton
Auteur Basile Davoine