Appui-tête détaché, chaleur : le calvaire de Mazepin

Les conditions n'étaient pas vraiment réunies pour que Nikita Mazepin vive un bon Grand Prix des États-Unis, à Austin.

Appui-tête détaché, chaleur : le calvaire de Mazepin

Un Grand Prix "ennuyeux" et "pénible", ainsi se résume la première de Nikita Mazepin sur le sol américain. Habitué au fond du peloton sur une Haas dépassée cette saison, le Russe n'aura même pas eu le loisir de ferrailler avec son meilleur ennemi, à savoir son coéquipier Mick Schumacher. La faute à un ennui technique rare mais handicapant, en plus de mettre en péril sa propre sécurité, et qui a donc nécessité un passage au stand dès la fin du premier tour de course. Mal fixé, son appui-tête s'est partiellement décroché peu après le départ, à l'image de ce qui était arrivé à Lewis Hamilton lors d'un Grand Prix d'Azerbaïdjan 2017 resté dans les mémoires.

"Mon appui-tête est parti dans le premier tour, au virage 2", révèle Mazepin. "Ça a rendu le premier tour très bizarre car je ne pouvais rien voir dans mes rétroviseurs. Et ça a provoqué un arrêt au stand supplémentaire inutile. Alors oui, une course très solitaire, ennuyeuse et pénible, de la merde. Je crois que c'est une erreur humaine. Il est parti au virage 2, et ça ne m'était jamais arrivé dans ma carrière. Donc j'imagine que, pour que ça se produise, quelque chose a été fait différemment."

Directeur de l'écurie Haas, Günther Steiner a confirmé que l'élément qui participe à la protection de la tête du pilote a mal été fixé avant le départ de la course. Ce qui a rendu simple la résolution du problème mais au prix d'une énorme perte de temps, car Mazepin a basculé sur une stratégie à trois arrêts rédhibitoire.

"Les gars m'ont dit que lorsqu'ils l'avaient mis en place sur la grille, il y avait deux attaches à l'arrière qui n'étaient pas complètement enclenchées", explique Steiner. "C'est ce qui fait que nous n'avons pas eu à retirer l'appui-tête quand il est rentré au stand. Ils ont juste appuyé dessus pour l'enclencher. Je ne sais pas exactement pourquoi ça n'était pas fixé, mais il s'est décroché et, pour des raisons de sécurité car l'appui-tête fait partie des protections, nous l'avons rappelé immédiatement. C'était difficile, car lorsque l'appui-tête se soulève, on ne peut pas voir dans les rétroviseurs."

En manque de rythme durant la majeure partie du week-end et également en délicatesse avec le respect des limites de piste, Mazepin a visiblement eu beaucoup de mal à se sentir à l'aise dans le cockpit de la VF-21. Le pilote s'est plaint d'un problème de chaleur au niveau des pieds, ce qui n'est en fait pas une première.

"Il s'est parfois plaint de la chaleur au niveau des pieds", précise Steiner. "C'est arrivé quelques fois. Nous essayons toujours d'améliorer ça, mais ça n'arrive qu'à lui. C'est le même châssis que l'an dernier et nous n'avions jamais eu un tel problème. Et Mick… Je ne lui ai pas spécifiquement demandé, mais il ne s'est jamais plaint de ça, et il l'aurait certainement fait si c'était le cas. Nous devons examiner pourquoi il ressent cette chaleur. Nous devons faire quelque chose, et peut-être que la prochaine étape est d'agir au niveau des chaussures. On peut le faire de deux manières. Mais il n'y avait rien de cassé ou quoi que ce soit. Et ce n'est pas la première fois qu'il se plaint de ça."

Lire aussi :

partages
commentaires
Ricciardo plaide le contact involontaire face à Sainz
Article précédent

Ricciardo plaide le contact involontaire face à Sainz

Article suivant

Red Bull a craint que Schumacher coûte la victoire à Verstappen

Red Bull a craint que Schumacher coûte la victoire à Verstappen
Charger les commentaires