Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Les conséquences du nouvel aileron arrière radical d'Aston Martin

Le Règlement Technique de 2022, qui a été pensé pour réduire les turbulences aérodynamiques, est parfois jugé excessivement prescriptif. Mais au GP de Hongrie, Aston Martin s'est permis de prendre quelques libertés.

Les conséquences du nouvel aileron arrière radical d'Aston Martin

Si les équipes ont largement respecté l'esprit du nouveau Règlement Technique cette saison, cela ne veut pas dire pour autant qu'il n'y a pas eu d'approches innovantes car les designers, toujours très imaginatifs, interprètent les règles à leur manière. À cet égard, l'équipe Aston Martin a fait parler d'elle avant la pause estivale en présentant un aileron arrière fascinant sur le plan technique. La nouvelle forme de la plaque d'extrémité défie la convention établie dans le règlement concernant la transition avec les deux plans.

L'approche adoptée par les concepteurs du règlement est à la fois esthétique et aérodynamique, le design étant non seulement destiné à être plus attrayant pour l'œil mais aussi à réduire la complexité de l'élément et à modifier le profil du sillage afin que les voitures puissent se suivre de plus près.

Le nouvel aileron arrière d'Aston Martin fait un clin d’œil à l'ancien règlement. La partie supérieure de la plaque d'extrémité a été étirée au-dessus du plan principal afin de créer une jonction et en étendre sa portée sans introduire des conditions d'écoulement de l'air incroyablement sévères. Le bord incurvé, qui ressemble à une apostrophe, vise à respecter les diverses règles de rayon et de continuité mais a été optimisé pour atteindre les objectifs définis par les designers d'Aston.

Le nouvel aileron arrière d'Aston Martin

Le nouvel aileron arrière d'Aston Martin

L'introduction d'un design aussi complexe ne pouvait pas se faire du jour au lendemain. L'écurie devait faire en sorte que l'aileron controversé fonctionne comme prévu mais comme l'explique Tom McCullough, directeur de la performance, Aston a dû laisser la FIA examiner l'élément à de nombreuses reprises pour s'assurer de sa conformité.

"Il a fallu plusieurs mois entre le premier contact et l'approbation complète de la FIA", indique-t-il. "Une fois l'approbation obtenue, nous concevons [la pièce] puis nous soumettons tous les designs avant le week-end de course. Et encore une fois, la FIA doit s'assurer qu'elle est toujours satisfaite, ce qui a été fait. Et puis on met [la pièce] sur la voiture."

Gros plan sur la plaque d'extrémité de l'aileron arrière de l'Aston Martin AMR22

Gros plan sur la plaque d'extrémité de l'aileron arrière de l'Aston Martin AMR22

Cependant, même si ce nouveau design a amélioré les performances de l'équipe au Grand Prix de Hongrie, il n'est pas dit que cette solution sera utilisée lors de chaque week-end de course compte tenu du plafond budgétaire et du fait qu'Aston Martin a déjà conçu des ailerons qui seront réutilisés au cours des prochains mois.

"Nous avons toute une série d'ailerons, que nous avons déjà fabriqués", ajoute McCullough. "Nous en avons déjà utilisé un grand nombre [selon les demandes aérodynamiques] des circuits. Alors, refaire d'autres [ailerons] ? C'est une question de rentabilité."

Une autre question mérite d'être posée : qui suivra les traces d'Aston Martin et produira sa propre version de ce design ? La situation est intéressante car, premièrement, le design séduit-il les autres équipes ? Deuxièmement, après avoir effectué des simulations préliminaires, ce que la plupart des équipes auront sûrement fait, est-ce qu'il améliore suffisamment les performances pour justifier une optimisation plus poussée et les ressources que cela implique ? Troisièmement, sera-t-il compatible avec le budget restant ?

Enfin, et c'est peut-être la question la plus importante, la FIA va-t-elle intervenir et modifier le règlement pour interdire ce design en 2023 ? Ce point-ci aura probablement plus de poids sur la décision finale des autres équipes de la grille.

Lire aussi :
partages
commentaires
La F1 peut-elle se passer de la fibre de carbone ?
Article précédent

La F1 peut-elle se passer de la fibre de carbone ?

Article suivant

McLaren : "Il est clair qu'Alpine a une bien meilleure voiture"

McLaren : "Il est clair qu'Alpine a une bien meilleure voiture"