Aston Martin a modifié presque toutes les pièces "léchées par le vent"

Aston Martin a révélé dans un bilan de mi-saison avoir modifié, entre 2020 et 2021, la plupart des pièces visibles de sa F1 afin d'essayer de composer avec les nouvelles règles qui ont handicapé son concept de monoplace.

Aston Martin a modifié presque toutes les pièces "léchées par le vent"

Après une fin de saison tonitruante pour Racing Point en 2020, les espoirs de voir Aston Martin (la nouvelle identité de l'écurie basée à Silverstone) se mêler à la lutte pour les podiums étaient grands. Las, l'équipe britannique n'a pas affiché lors de cette première partie d'exercice 2021 de performances pouvant lui permettre de prétendre à mieux que les accessits, en dehors de cas de figure particuliers comme Bakou ou le Hungaroring.

La réglementation aérodynamique revue entre 2020 et 2021 a souvent été pointée du doigt par Aston Martin pour expliquer son recul dans la hiérarchie. La réduction de l'appui généré par le fond plat, le diffuseur et les écopes de freins arrière entre ces deux saisons aurait en effet principalement nui aux monoplaces à faible inclinaison vers l'avant, pour lesquelles il est plus difficile de recouvrer le niveau d'appui d'antan, par comparaison avec les écuries, majoritaires, disposant de F1 à forte inclinaison.

Lire aussi :

Dans le cadre d'un bilan de mi-saison publié sur le site officiel d'Aston Martin, Tom McCullough, directeur de la performance de l'équipe britannique, a salué les efforts fait par ses troupes pour tenter de contrer les effets des nouvelles règles, et notamment la quantité de changements subis par l'AMR21.

"C'était et c'est toujours un processus plus ou moins interminable de développement itératif et, par conséquent, il n'y a presque aucune partie extérieurement visible de notre voiture qui n'a pas été améliorée d'une manière ou d'une autre entre Bahreïn et Silverstone. Ou, pour le dire autrement, si une partie de notre voiture est léchée par le vent, nous l'avons probablement modifiée à un moment donné au cours des quatre derniers mois."

"Ça fonctionne. Nous savons que notre voiture n'est toujours pas la plus rapide, mais elle est maintenant plus proche en termes de performances des voitures de nos principaux rivaux qu'elle ne l'était en début de saison, et c'est le résultat d'un programme soigneusement géré d'amélioration de l'aérodynamisme qui a nécessairement impliqué des tests et des erreurs, mais qui a aussi donné de vrais résultats."

Toutefois, avec l'arrivée en 2022 d'une nouvelle génération de Formule 1 dont les caractéristiques techniques seront bien différentes de leurs devancières, impossible de maintenir un tel rythme de développement durant la seconde moitié de la saison 2021. "Cela a été une masse de travail très impressionnante, et je salue mes collègues pour cela", a ajouté McCullough. "Cependant, comme presque toutes les équipes, après la trêve estivale, nous allons transférer ces efforts et ces ressources vers la tâche consistant à rendre notre voiture de 2022 aussi compétitive que possible."

partages
commentaires
Sainz, Norris et Leclerc : des "Champions du monde en puissance"
Article précédent

Sainz, Norris et Leclerc : des "Champions du monde en puissance"

Article suivant

Pourquoi la victoire d'Alpine ne suffit pas

Pourquoi la victoire d'Alpine ne suffit pas
Charger les commentaires