Aston Martin : Les règles aéro 2021 nous ont plus touché que Mercedes

Aston Martin estime que les modifications des règles aéro entre 2020 et 2021 l'ont plus affaibli que Mercedes.

L'an passé, dans un souci de réduction de la charge aérodynamique pour essayer de réduire les contraintes sur les pneus, la FIA a été à l'origine de plusieurs changements réglementaires en vue de 2021, en dépit du gel des châssis qui avait été décidé en réponse à la crise sanitaire et économique. Ainsi, plusieurs éléments essentiels (fond plat, diffuseur, écopes de freins) ont été modifiés pour ralentir les monoplaces.

Même si l'incertitude planait quant à l'impact réel de ces mesures sur les concepts de l'ensemble du paddock, il s'est vite avéré que les écuries dont les Formule 1 avaient une faible inclinaison étaient les grandes perdantes. Mercedes et Aston Martin ont en effet connu un vrai coup d'arrêt et pour Otmar Szafnauer, le responsable de la structure britannique, sa dégringolade dans la hiérarchie n'a pas été une surprise.

"Ce qui s'est passé cette année a confirmé nos inquiétudes de pré-saison, à savoir que les changements aérodynamiques unilatéraux effectués tard dans la saison [2020] ont eu un effet énorme sur Mercedes et nous. Comme le milieu de peloton était très serré, le temps au tour que nous avons perdu – sept, huit, neuf dixièmes de seconde par tour, selon le circuit sur lequel nous étions – nous a fait passer de la troisième voiture la plus rapide à la sixième, septième voiture la plus rapide."

"Mercedes a aussi souffert à cause de sa philosophie aérodynamique, mais cela les a fait passer de la pole position à la lutte pour le championnat. Pour nous, je pense que cela a eu un impact beaucoup, beaucoup plus grand, et à cause de cela, et parce que les règles de '22 sont complètement différentes, nous avons dû changer très tôt pour concentrer toute notre attention sur 2022 et laisser 2021 de côté à ce moment-là."

Lance Stroll

Lance Stroll

Même si l'écurie a travaillé en début d'année pour tenter de corriger ses difficultés, elle a conclu qu'il n'y avait aucun intérêt pour elle à risquer de compromettre 2022 en poussant trop longtemps ce curseur. "Nous avons eu un gros programme de développement au début de l'année 2021 pour essayer de rattraper une partie du déficit aéro qui nous a été imposé."

"Nous avons essayé de le faire au début, mais nous devions nous en tenir à notre plan de transition, car sinon, nous aurions eu une saison médiocre cette année puis une campagne pas optimale l'année suivante. Nous avons donc fait un effort réfléchi pour basculer [vers 2022], aussi douloureux que cela ait été."

Les modifications apportées par Aston Martin pour améliorer son appui se sont avérées coûteuses dans un autre domaine, car elles ont entraîné une trop grande traînée, ce qui a nui à la voiture sur certains circuits.

"En essayant de récupérer une partie de l'appui aérodynamique, nous nous sommes également retrouvés avec une voiture qui présentait un peu plus de traînée que par le passé. Sur certains circuits, un peu de traînée supplémentaire ne se traduit pas par un gros déficit de temps au tour. Mais sur d'autres pistes, si. C'est pourquoi nous avons eu des hauts et des bas cette saison."

Lire aussi :
partages
commentaires
Les F1 2021 n'ont battu qu'un seul record en qualifications
Article précédent

Les F1 2021 n'ont battu qu'un seul record en qualifications

Article suivant

Button voit Russell comme un défi inédit pour Hamilton

Button voit Russell comme un défi inédit pour Hamilton
Charger les commentaires